Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
10 novembre 2021  Actualités

Madagascar

Quand le réchauffement climatique provoque une famine

Cela fait maintenant plus d’une semaine que la COP26 a débuté à Glasgow. Un rendez-vous international crucial pour le climat, souvent présenté comme "le dernier et le meilleur espoir" de parvenir à limiter le réchauffement de la planète et limiter ses impacts sur la population mondiale, qui se font déjà cruellement sentir.

À Madagascar, une première famine directement imputable au réchauffement climatique

Le sud de Madagascar est en proie à la pire sécheresse depuis quatre décennies avec plus d’1 million de personnes en situation d’insécurité alimentaire et 400.000 personnes menacées par la famine ! Cette situation dramatique n’est causée ni par une guerre ni par un conflit, mais bien par le changement climatique. Il s’agit même, selon les Nations unies, de la première crise de la faim causée par le réchauffement climatique, un comble pour une région du monde qui n’y a en rien contribué, mais qui en paie maintenant les lourdes conséquences.

Avec l’Inde et le Bangladesh, Madagascar figure, en effet, parmi les trois pays les plus vulnérables aux changements climatiques ; cyclones, inondations, sécheresses et invasions de criquets sont devenus récurrents, ravageant les récoltes, mettant de plus en plus souvent à mal les faibles revenus des ménages et ponctionnant toujours plus les budgets publics.

Des projets concrets pour freiner ce cycle infernal

Dans le nord et le centre du pays, nous sommes convaincus qu’il est encore temps d’agir pour freiner ce cycle infernal.

C’est pourquoi nous voulons vous parler aujourd’hui d’un projet concret que nous mettons en œuvre avec nos partenaires malgaches : l’érection de barrages.

Pourquoi construire un barrage ?

  • Un barrage garantit une meilleure maîtrise de l’eau, notamment en cas de sécheresse, et permet ainsi une meilleure productivité agricole (création de rizières et cultures de contre-saison).
  • Il permet de retenir les eaux lors des fortes crues, protégeant ainsi les habitations et les cultures. Les récentes inondations en Belgique nous l’ont bien démontré.

En outre, il diminue les conflits sociaux liés au partage de l’eau et est un outil pour l’émancipation des femmes qui, libérées des longs trajets pour aller chercher de l’eau, pourront s’adonner à des activités génératrices de revenus.

Créer les conditions d’une véritable souveraineté alimentaire

Ce projet d’infrastructures est l’amorce de réels changements pour des milliers de personnes. Cependant, dans un monde de plus en plus interdépendant et faisant face à des profondes crises économiques, sanitaires et environnementales, ces projets seuls ne suffiront pas à faire fléchir les statistiques de la sous-alimentation tant que les pays du Sud n’auront pas la capacité de jouir d’une véritable souveraineté alimentaire et de se doter d’un système de protection sociale.

Acquérir cette capacité implique de redistribuer les richesses, questionner le poids de la dette qui pèse sur ces États, revoir la possibilité qu’ont les multinationales installées chez eux de rapatrier leurs bénéfices ou encore de repenser entièrement les règles du commerce mondial. Cette énumération, loin d’être exhaustive, est un appel à nos décideuses et décideurs pour améliorer la cohérence entre leurs politiques.





Lire aussi

15 novembre 2021    Lettres, déclarations, communiqués    Communiqué de presse de la CIDSE

La COP26 rate l’occasion de mettre en oeuvre une action et une transformation réellement ambitieuses

Après 25 ans de négociations sur le climat, la décision de la 26ème Conférence des Parties, selon la CIDSE et de nombreuses autres organisations de la société (...)
10 novembre 2021 • 18h00    Agenda    Ciné-Débat

Libre-échange, tous gagnants ?

Ciné-débat en ligne autour du documentaire « Welcome Alibaba : les dessous du géant chinois » du web média " Tout va bien".
29 septembre 2021    Radio

Vous vous souvenez de ce dimanche 10 octobre 2021 ?

Tic. Tac. L’horloge tourne. Les dérèglements climatiques ne sont plus une perspective lointaine.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr