Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
11 septembre 2018  Actualités

Promouvoir l’agroécologie dans sa commune, une idée citoyenne

La Petite Foire de Libramont a été l’occasion de réaffirmer l’existence d’une agriculture paysanne et écologique face aux mastodontes de l’agriculture industrielle. Une charte commune paysanne y a été lancée. Une initiative dont Entraide et Fraternité se fait l’ambassadrice.

La transition écologique dans l’agriculture, ce n’est pas qu’une question qui concerne les pays du Sud. C’est, depuis longtemps déjà, un sujet qui taraude au Nord et qui a, fort heureusement, tendance à sortir des milieux parfois qualifiés de bobos pour se transformer en sujet de préoccupation pour l’ensemble de la population.

Un des lieux les plus indiqués pour prendre conscience de cet état de fait est sans doute la Petite Foire de Libramont. À portée de tracteur de la Foire agricole de Libramont, événement mastodonte qui réunit 250.000 personnes autour d’une certaine vision de l’agriculture (celle des multinationales, des OGM, des grandes exploitations), l’ambiance familiale de la Petite Foire de Semel (Neufchâteau, 28 et 29 juillet derniers), hébergée dans le champ d’une ferme à buffles, propose un véritable choc de cultures.

Ici, Entraide et Fraternité a installé son stand et distribué ses analyses et études à un public à la fois intéressé et sensibilisé. Pas question ici de stands aux couleurs de la grande distribution ou de machines dernier cri mais de petits producteurs, d’associations militantes, d’artistes et de conférenciers comme Olivier De Schutter, ex-rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l’alimentation. Comme l’a expliqué Catherine Tellier, coordinatrice de la Petite Foire paysanne, « à l’opposé de l’agriculture industrielle, l’agriculture paysanne que nous défendons a une mission nourricière, tout en revendiquant l’emploi, le respect de l’environnement, l’aménagement du territoire, la qualité du produit et la satisfaction des consommateurs. »

Comme l’a fort joliment rappelé au ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio, le Mouvement d’action paysanne (organisateur de la foire), « à la grande Foire de Libramont, on vous demande toujours plus d’argent ; à la petite, on ne vous demande que de la reconnaissance. »

Une reconnaissance qui a trouvé à s’exprimer par un nouvel outil. À l’occasion de cette petite foire, le Mouvement d’action paysanne a effectivement présenté sa « Charte Commune paysanne », pour laquelle Entraide et Fraternité jouera un rôle à la fois d’ambassadeur et de partenaire. Il s’agit d’un appel citoyen à présenter d’ici aux élections communales d’octobre prochain aux différentes listes engagées dans chaque commune de Wallonie et de Bruxelles. Ensuite, une fois les conseils communaux installés, les groupes citoyens de chaque entité iront faire voter la charte par chaque commune.

Par cette charte, les communes de Bruxelles et de Wallonie qui en font l’adoption s’engageraient à rendre concret le soutien à l’agriculture écologique, notamment en favorisant l’accès à la terre de paysans qui n’en possèdent pas ou débutent dans le métier (par exemple, en autorisant les habitats légers ou en mettant à disposition des terres communales) et en promotionnant les produits locaux dans les institutions communales (écoles, maisons de retraite...).

Elle est à lire sur chartecommunepaysanne.lemap.be.





Lire aussi

29 octobre 2020 • 20h00 –22h30 Agenda    Paroisse Saint-François-de-Sales

Conférence de Jean-Yves Buron - ANNULÉE

Défi écologique et économie sociale : changer avec un monde en Transition !
4 septembre 2020    Analyses

Traité sur la Charte de l’Energie

L’outil préféré des multinationales pour attaquer les Etats
Du 8 au 11 septembre 2020 se tient le deuxième round de négociations visant à « moderniser » le Traité sur la Charte de l’Energie (...)
29 juin 2020    Autres publications    Carte blanche - Le Soir

Le Traité sur la Charte de l’énergie met nos États en danger

Le traité, signé à Lisbonne en décembre 1994, est incompatible avec la mise en place d’une transition écologique socialement juste et plus largement avec nos (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr