logo Entraide et Fraternité
Analyses   23 novembre 2018

Traité « entreprises et droits humains » :

L’appel de la société civile ne peut rester sans réponse de la part de l’Europe

par Hélène Capocci

Du 15 au 19 octobre 2018, le Conseil des Droits de l’Homme2 des Nations Unies à Genève a été le théâtre de la quatrième session de négociations d’un traité visant à mettre fin aux
abus de droits humains commis par les entreprises.

Alors que l’Europe et la Belgique n’y
ont pas pris position, la société civile y a joué un rôle particulièrement actif. Entraide et
Fraternité était présent pour rappeler l’importance de la défense du droit à l’alimentation
dans ce combat3. Retour sur les coulisses des négociations.

Un traité pour quoi ?
Alors que nous faisons aujourd’hui face à une globalisation de l’économie, nous sommes aussi témoin d’une « globalisation des victimes ». Ces personnes dont les droits sont bafoués par des entreprises réclament aujourd’hui justice. Dans un contexte où 80% du commerce mondial est lié à un réseau d’entreprises multinationales, il est crucial que ces acteurs soient contraints à une régulation plus stricte vis-à-vis de leur impact sur les droits humains à travers le monde, et qu’un accès effectif à la justice soit assuré pour les victimes. C’est l’enjeu des négociations qui se sont tenues à Genève.




Articles en rapport

12 septembre 2019

La Wallonie s’engage à mettre fin à l’impunité des multinationales

L’accord du nouveau gouvernement wallon prévoit « un soutien à l’établissement du traité multilatéral contraignant visant à garantir le respect des droits (...)
30 juillet 2019    Analyses

Arbitrage

par Renaud Vivien
Les raisons de cette « justice d’exception » et les moyens d’en sortir
3 juillet 2019    Autres publications    Carte blanche

Face à l’extrême droite xénophobe

Face à l’extrême droite xénophobe, remettons les inégalités sociales au centre du débat politique

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr