Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
28 décembre 2020  Actualités

Burundi

Faire jaillir des sources d’eau pour protéger la vie

Avec son partenaire burundais l’OAP (Organisation d’appui à l’autopromotion), Entraide et Fraternité mène un vaste projet d’aménagement de sources d’eau potable au sein des communes de Buyengero, Rumonge et Burambi de la province Rumonge au Burundi. Un projet qui, une fois achevé, permettra de faire jaillir l’eau de 15 sources, pour bénéficier à 3200 personnes.

Objectif de développement durable : eau propre et assainissement

Le 6e objectif de développement durable des Nations Unies est de garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable. Rendre disponibles et accessibles les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène fait partie intégrante de la lutte contre le virus et de la préservation de la santé et du bien-être de millions de personnes. Selon des experts de l’ONU, nous ne pourrons pas enrayer la pandémie de Covid-19 sans que les personnes vulnérables aient accès à une eau gérée en toute sécurité. Dans le monde, chaque jour, 1000 enfants meurent de maladies – pourtant faciles à prévenir – dues aux conditions d’assainissement et d’hygiène. Au Burundi, plus de 20 % de la population n’a pas accès à de l’eau potable. La situation du Burundi est marquée par un recul important de ces indicateurs au cours des deux dernières décennies. Dans le cas particulier de l’accès à l’eau, alors que l’objectif de réduire de moitié, sur la période 1990-2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable a fortement augmenté.  [1]

Alors qu’avec la crise sanitaire du coronavirus, l’accès à l’eau devient d’autant plus vital, tant pour sa consommation que pour son usage d’hygiène, les pays en développement - comme le Burundi - font face à de nombreux paradoxes. En effet, comment se laver les mains quand on n’a pas accès à de l’eau à moins de trois heures de marche ?

Depuis 2019, Entraide et Fraternité et son partenaire l’OAP travaillent ensemble pour permettre d’assurer l’accès à de l’eau potable aux communautés rurales défavorisées, grâce à l’aménagement de 15 sources d’eau et le renforcement des capacités des structures locales dans la gestion rationnelle et durable des ressources en eau. En fait de sources d’eau, il s’agit plus précisément de bornes fontaines permettant l’acheminement des eaux des sources faisant l’objet d’un captage. Ce vaste projet permettra, à terme, à près de 3200 personnes (580 ménages) qui vivent sur des collines escarpées de la province rurale de Rumonge de bénéficier d’eau potable.

Protéger les enfants « porteurs d’eau »

Au Burundi, la plupart des communautés vivent dans des zones excentrées, leurs habitants doivent parcourir de nombreux kilomètres avec des bidons lourds pour atteindre une source d’eau potable. Dans ces régions, ce sont généralement les femmes et les enfants qui sont « responsables » de l’acheminement de l’eau depuis les lieux de puisage. La distance, le poids des bassines et le terrain accidenté provoquent chez eux de nombreux traumatismes, notamment crâniens. Les chemins sont particulièrement glissants, sans éclairage, et présentent donc un danger pour ces femmes et ces enfants. Installer des sources accessibles à proximité du village permettra aux porteurs et porteuses d’eau d’être en sécurité et de ne plus s’exposer à des risques de chute ou de violence (les mauvaises rencontres sont courantes sur le chemin).

Lutter contre la mortalité infantile


« Avant, on buvait de l’eau qui nous rendait malades. Maintenant, je vais à la source chercher de l’eau qu’on peut boire sans être malade. »

Joceline, jeune burundaise.


Outre le fait d’éviter aux enfants et aux femmes de s’exposer à des risques en prenant à leur charge l’acheminement de l’eau pour leur communauté, le projet des sources d’eau développé par l’OAP permettra d’améliorer les conditions sanitaires de milliers de personnes et de lutter contre la malnutrition. Aujourd’hui, sans source d’eau, les familles de ces régions isolées sont contraintes de boire une eau impropre à la consommation. Résultat : le taux de mortalité infantiles (moins de 5 ans) est extrêmement important en raison des maladies dites hydriques (maladies liées à l’eau ou dues à sa transmission : choléra, dysenterie, paludisme, insuffisances rénales, diarrhées, etc.). L’OAP souhaite que les familles de la province de Rumonge puissent bénéficier d’une source d’eau potable accessible à moins de 500 mètres de chez elles. L’enjeu est vital, évidemment, du point de vue de la santé et de l’hygiène ainsi que de l’agriculture, mais aussi pour des raisons financières et de développement social. Construire ces sources d’eau demande une main d’œuvre spécialisée et du matériel adapté (brouette, pioche, pelle, matériel aratoire - houes et machettes pour dégager la zone de la végétation -, marteau de masse, etc.). Ce kit de terrassement est particulièrement coûteux pour ces communautés qui n’ont presque rien. Le soutien de l’OAP et d’Entraide et Fraternité est donc essentiel pour parvenir à faire jaillir ces sources de vie.

Des comités de gestion de l’eau

La stratégie principale de l’OAP consiste à former des animateurs et animatrices volontaires qui participent au développement du projet afin qu’ils se l’approprient et le fassent perdurer. Travaux de terrassement, captage de sources, aménagement du pourtour de la source pour la protéger, construction de l’aire de puisage ou encore installation de parois de protection des talus : le projet d’aménagement de sources demande plusieurs étapes et une implication forte des communautés.

Afin de gérer au mieux ces sources, les communautés seront également formées via des comités de gestion de l’eau et impliquées dès les prémices du projet. Des comités se réuniront régulièrement pour former les personnes à l’entretien et à la maintenance des sources et sensibiliser les communautés à leur bonne utilisation. En plus de cela, des fontainiers seront formés et auront la responsabilité d’entretenir ces sources durablement.

Quel impact pour ce projet ?

Les résultats attendus de ce projet ne manquent pas :

1. Sur le plan de la santé, l’objectif est de diminuer considérablement les maladies d’origine hydrique et le taux de mortalité (essentiellement infantile) qui en découle.
2. La réduction des maladies hydriques doit permettre à des communautés vivant de l’agriculture traditionnelle et n’ayant que de faibles revenus de diminuer l’impact des soins médicaux sur leur budget.
3. Une meilleure couverture en sources d’eau signifie une distance réduite entre le domicile et les lieux de puisage. Cela permettra d’améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants, qui sont souvent ceux qui portent l’eau.

Offrir aux communautés rurales une vie digne

Enclavé dans la région des Grands Lacs, le Burundi est l’un des pays les plus pauvres du monde. 68 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. La population y a été meurtrie par douze ans de guerre civile. Malgré les gains tangibles aux niveaux sécuritaire et politique, il reste plusieurs défis à relever pour établir une paix durable, reconstruire le pays et relancer l’économie qui repose essentiellement sur l’agriculture. Mais, partout, on sent aussi se lever l’espoir. Grâce au programme mis en place par l’OAP, de nombreux projets voient le jour pour permettre aux communautés rurales de mener une vie plus digne. Ce projet de sources d’eau y participe grandement puisqu’il amène l’eau, la vie dans les villages les plus reculés. Une avancée de taille, un projet essentiel pour proposer un avenir meilleur aux enfants de demain.



[1Source : Rapport : L’eau et l’assainissement au Burundi sur cncd.be



Tags : OAP Burundi Eau

Lire aussi

21 décembre 2020

L’agroécologie, un autre modèle pour nourrir et préserver la planète

En coopération avec des organisations partenaires locales, Entraide et Fraternité mène depuis 2017 un programme ambitieux pour la souveraineté alimentaire (...)
18 décembre 2020    Burundi

Aidez à la construction de sources d’eau pour lutter contre la Covid-19

Décider de boire l’eau ou de l’utiliser pour se laver les mains. Tel est souvent le paradoxe auxquels sont confrontés les Burundais.
14 décembre 2020    Juste Terre !

Juste Terre ! n°175

L’agriculture industrielle : la faim et les pandémies à son palmarès !

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr