Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
Documents de plaidoyer   7 février 2022

Dossier politique - partenariat Afrique-UE 2021

Accaparements de terre

Les acquisitions de terres à grande échelle en Afrique : Impacts, conflits et violations de droits humains

Cette série de notes de plaidoyer sur trois accaparements de terre a été produite collectivement, grâce à la coordination de la CIDSE et la collaboration du groupe de travail belge sur les accaparements de terres, la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau en Afrique de l’Ouest, la plateforme africaine "Notre terre est notre vie", ainsi que des organisations internationales de la société civile en Autriche, France, Allemagne et Suisse.

Au cours des deux dernières décennies, la demande croissante de produits agricoles (huile de palme, céréales, bétail, etc.) et de ressources naturelles (métaux, charbon, pétrole, etc.) a poussé les sociétés transnationales à procéder à des acquisitions foncières à grande échelle. Depuis 2000, plus de 25 millions d’hectares de transactions foncières ont été réalisées en Afrique, tandis que 14,3 millions d’hectares restent inutilisés en raison de l’échec des négociations. Ces opérations se déroulent aux dépens des communautés locales, entraînant de graves conséquences sociales et environnementales telles que la pollution de l’eau, du sol et de l’air, l’insécurité alimentaire, la division des communautés, les expulsions forcées et la pauvreté.
Lorsqu’elles cherchent à obtenir justice, les communautés indigènes ainsi que les défenseurs des droits humains et de l’environnement doivent faire face à de longues procédures judiciaires aux coûts élevés et à un accès difficile aux informations et aux preuves pour les plaignants. Pendant ce temps, l’opposition locale se heurte à la violence, à la répression, aux arrestations arbitraires, à la détention et même aux décès causés par les forces de sécurité de l’État et des entreprises.

La production de ces trois notes politiques vise à faire des préoccupations des accaparements de terres une priorité du partenariat Afrique-UE à l’approche du sommet UE-Afrique de 2022 et, plus largement, dans le contexte du partenariat Afrique-UE. Les histoires des accaparements en Sierra Leone (Addax Bioenergy et Socfin Agricultural Company) ainsi qu’en RD Congo (Feronia) appellent les gouvernements européens et africains et leurs banques de développement respectives à cesser de financer de telles opérations qui risquent d’orienter les conflits, et soutiennent l’adoption d’une loi européenne de devoir de vigilance pour réglementer les activités des entreprises.

Le cas de Addax Bioenergy en Sierra Leone
TéléchargerConsulter
Le cas de Socfin en Sierra Leone
TéléchargerConsulter


Le cas de Feronia en RDC
TéléchargerConsulter
Le cas de la filiale ivoirienne de la SIAT
TéléchargerConsulter


Ces documents sont également disponibles en anglais sur le site de la CIDSE : Land grabbing Policy Brief Series – CIDSE

À télécharger

Vidéo pour mieux comprendre en quelques minutes le phénomène d’accaparements de terres et les revendications de la CIDSE : fichier vidéo de 345 Mb





Avec le soutien de

Direction générale Coopération au développement et Aide humanitaire


Lire aussi

17 janvier 2023    Lettres, déclarations, communiqués    Communiqué CIDSE

Violence au Pérou

La CIDSE met en garde contre la violence et appelle au dialogue face aux manifestations citoyennes au Pérou
22 novembre 2022    Analyses    En 2022 et au-delà

Aux côtés des pêcheurs artisans

par Jacques Briard, Béatrice Gorez et Joëlle Philippe
Le combat des travailleurs et travailleuses de la pêche et de l’aquaculture artisanales des pays du Sud est celui des droits humains.
8 novembre 2022    Analyses

Haïti de nouveau en feu : L’UE et la Belgique doivent agir !

Colette Lespinasse et Els Hortensius (COEH), Isabelle Franck
La fin de la subvention du carburant par l’État haïtien met le feu aux poudres de la colère populaire.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr