logo Entraide et Fraternité
1er mars 2019  Actualités

Crise grave à Haïti

Nos partenaires sont inquiets

Haïti est paralysée depuis plusieurs semaines par une crise majeure : la population se dit asphyxiée alors qu’un immense scandale de corruption touche la classe politique. Les affrontements ont déjà fait près de 30 morts. Le coordinateur de la PAPDA, un des partenaires d’Entraide et Fraternité dans le pays, Ricot Jean-Pierre, nous explique les tenants de cette crise et nous parle de l’inquiétude de nos partenaires.

Pourquoi cette crise ?

Haïti vit une crise multidimensionnelle qui ne date pas d’hier, mais qui s’est aggravée depuis 8 ans avec l’arrivée au pouvoir de l’ultra-droite, formée par des hommes et des femmes qui sont impliqués dans la corruption, le crime, la drogue... et de connivence avec la mafia et gangs armés dans le pays. La corruption s’est érigée en modèle de gouvernance et de consolidation des intérêts des 2% les plus riches du pays qui contrôlent près de 80% des richesses du pays. Cette crise a occasionné la colère des classes populaires qui, à plusieurs reprises, a manifesté son mécontentement particulièrement en juillet, octobre et novembre 2018, jusqu’aux derniers évènements qui ont duré plus de 12 jours où le pays a été complètement paralysé. La population, qui craché sa colère à partir des mobilisations populaires, à travers tout le pays, a été violemment réprimée par les forces gouvernementales occasionnant plus de 27 morts et des dizaines de blessés.

Comment la situation va-t-elle évoluer ?

Les pouvoirs publics, au lieu d’analyser les causes réelles de la crise et de chercher à y apporter des réponses, préfèrent trouver des palliatifs en injectant des millions de gourdes dans les quartiers populaires pour empêcher les mobilisations populaires, en même temps que la crise s’empire à cause de l’absence d’une vision de développement du pays et de politiques publiques en adéquation avec les revendications populaires. En ce sens, il est certain que la colère populaire doit et va s’amplifier dans les jours qui viennent car en dépit du fait que la crise est structurelle, ses manifestations sont conjoncturelles et affectent les couches défavorisées qui vivent déjà dans des conditions infrahumaines.

Les partenaires d’Entraide et Fraternité et son programme sur place sont-ils menacés ? Faut-il s’inquiéter pour eux ?

Cette crise n’est pas sans conséquences sur leur travail. Tout d’abord, la dégradation des conditions de vie de la population, les demandes d’accompagnement, les sollicitations, les nouvelles demandes au niveau des communautés se font de plus en plus nombreuses, alors que les ressources disponibles ne sont pas en adéquation à ces demandes. En plus, l’aggravation des indices de développement humain donne encore plus de force aux interventions réalisées dans les communautés rurales pour renforcer l’agriculture paysanne familiale agroécologique, mais non sans peine, à cause de la politique gouvernementale qui est plus pro-agrobusiness. Jusqu’à présent, il n’y a pas un besoin d’ajustement du programme, car dès le départ, nous avions analysé et prévu tous ces évènements. On entre dans la période des semences. Des dispositions sont déjà prises pour faciliter la réussite des actions. Toutefois, il est à noter que dans certaines régions du pays, la sécheresse risque d’affecter la période des semences ; mais à plusieurs égards des mesures sont prises en termes de techniques agroécologiques pour pallier ce problème.





Articles en rapport

28 juin 2019    Analyses

Défis écologiques et souveraineté alimentaire

par Hélène Capocci
Quelles réponses « des pauvres » au problème posé par « les riches » ?
17 juin 2019

Mobilisation populaire en Haïti

Interview avec Ricot Jean-Pierre
La mobilisation populaire pour la démission du Président s’intensifie malgré la répression

Juste Terre ! n° 155

Haïti, l’espoir est un éternel recommencement

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr