Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
30 mars 2022  Actualités

Le Monopoly des terres agricoles

Plus d’une cinquantaine de personnes se sont rassemblées le mercredi 23 mars aux ateliers des FUCAM à Mons.

Au programme : comment lutter contre les accaparements de terre des grandes multinationales à Madagascar… mais aussi en Belgique ?
Le public, venu en nombre, a pu écouter et échanger avec un panel exclusivement féminin : Mamy Rakotondrainibe, présidente du collectif malgache TANY, Céleste Quaghebeur, ingénieure agronome à la FWA (Fédération Wallonne des Agriculteurs) et Hélène Capocci, chargée de plaidoyer au Service politique d’Entraide et Fraternité.

La ruée sur les terres : triste constat

L’accaparement de terres par des multinationales est en pleine expansion ces dernières années, avec la complicité des gouvernements des pays du Sud. Madagascar fait partie des pays les plus touchés par ce phénomène.
Les paysans, alors qu’ils cultivent leur terre depuis des décennies, se voient ainsi dépossédés sans compensation de ce qui constitue leur seul moyen de survie. Ces terres accaparées ne servent en outre pas à produire des aliments destinés aux populations locales.


« Les paysans sont niés dans leurs droits. Ils sont niés en tant qu’être humain ayant des droits ».

En Wallonie, l’acquisition de terres par des multinationales est un phénomène naissant, les intervenantes abordant le cas spécifique de Colruyt.

Comment lutter face à ce phénomène ?

Les intervenantes ont mis en avant l’importance, à Madagascar (mais aussi en Belgique), de sensibiliser les paysans à leurs droits et à les accompagner à se mobiliser massivement afin de faire reculer les projets des multinationales. Par exemple, suite à une mobilisation sans précédent, un projet accaparant gratuitement l’équivalent de la moitié des terres arables de Madagascar avait été annulé !
Á ces actions doivent s’ajouter une lutte auprès des décideurs politiques contre le système qui permet ces accaparements, à savoir un libre-échange totalement dérégulé qui permet aux multinationales de détruire la vie humaine et notre Terre.

Des idées du public pour renforcer la lutte

Parmi celles-ci, notons la proposition de conscientiser les citoyens en Belgique sur les conséquences lorsqu’ils investissent ou spéculent en bourse, les accaparements de terre étant souvent liés à des grandes entreprises cotées en bourse. Notons également l’élaboration d’une liste d’entreprises à boycotter et d’un label indiquant clairement les produits issus d’entreprises qui accaparent les terres.
Une soirée riche qui s’est clôturée autour d’un verre et des dégustations proposées par un restaurant tenu par un malgache à Mons. Des moments conviviaux dont la pandémie nous avait privés et qui nous redonne la force de lutter d’autant plus, tous ensemble.

Indignés par les accaparements de terre ? Rejoignez-nous le 15 avril afin de protester contre les actions de Colruyt !

Voir aussi luttespaysannes.be





Lire aussi

16 mai 2022    Documents de plaidoyer

L’étude BIO

BIO : des financements incohérents avec les Objectifs de développement durable
16 mai 2022    Analyses

Pourquoi la Belgique creuse-t-elle la dette du Sud ?

par Renaud Vivien
La guerre en Ukraine frappe de plein fouet les pays appauvris du Sud
15 avril 2022 Agenda

Journée des luttes paysannes 2022

Mobilisation à Halle
Agro-industrie et investisseurs essaient de mettre la main sur de grandes étendues de terres agricoles. Ce modèle-là, on n’en veut pas (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr

Rue du Gouvernement Provisoire, 32
1000 Bruxelles

T. : 02 227 66 80
Horaires d’accueil, présentiel et téléphonique : lundi à vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Numéro d’entreprise : BE 418.015.461