logo Entraide et Fraternité
Sens et foi   19 décembre 2018

Brochure

Réflexions sur l’encyclique Laudato Si’

Le climat est un bien commun de tous et pour tous

Entraide et Fraternité publie une brochure de référence pour faire résonner le message de Laudato Si et la question climatique.

Élèves, étudiants et simples citoyens : aujourd’hui, la plupart des gens sont sensibles à l’alerte climatique et environnementale. Bien avant d’autres décideurs de la planète, le pape François a été un précurseur dans ce combat de première importance. En effet, en juin 2015, sa célèbre encyclique Laudato Si’ était sous-titrée « Sur la sauvegarde de la maison commune ». François y décrit sans ambages la façon dont notre maison brûle et les raisons de cet incendie avant de conclure par un appel à la conversion. Ce texte est aujourd’hui considéré comme majeur très au-delà des milieux catholiques. A l’occasion du Carême de Partage, Entraide et Fraternité a réuni quelques-unes des réflexions les plus inspirantes de Laudato Si’ sur cette question et les a compilées, en regard avec de magnifiques photos, dans une brochure disponible sur demande.





Réflexions sur l’encyclique Laudato Si’

Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ?

Nous continuons à admettre en pratique que les uns se sentent plus humains que les autres, comme s’ils étaient nés avec de plus grands droits.

Pape François, Laudato Si’, n° 90

Le pape François nous signale que les inégalités qui existent entre nous devraient nous révolter et regrette que certains estiment qu’ils valent plus que les autres. Nous ne nous rendons plus compte que certains croupissent dans une misère dégradante, sans réelle possibilité d’en sortir, alors que d’autres ne savent même pas quoi faire de leur fortune et que leur style de vie fondé sur le gaspillage précipite la planète vers l’anéantissement.

Nous devons écouter tant la clameur de la Terre que la clameur des pauvres.

Pape François, Laudato Si’, n° 49

Beaucoup de professionnels, de leaders d’opinion, de moyens de communication et de centres de pouvoir ne sont pas concernés par les problè­ mes qui affligent notre monde. Le pape François constate qu’ils vivent et réfléchissent loin des exclus, anesthésiés par leur opulence. Dès lors, les problèmes de ces derniers ne se posent généralement que de manière marginale, et leur détresse risque de n’être considérée que comme un dommage collatéral inhérent à la défense de nos intérêts économiques et politiques.

Nous formons une sorte de famille universelle.

Pape François, Laudato Si’, n° 89

Tous les êtres de l’univers sont unis par des liens invisibles et nous formons une communion sublime qui nous pousse à un respect sacré, tendre et humble. Le pape François nous rappelle que Dieu nous a unis si étroitement au monde qui nous entoure que la destruction des terres fertiles est, pour chacun d’entre nous, comme une maladie et l’extinction d’une espèce comme une mutilation.

La liberté humaine peut offrir son apport intelligent à une évolution positive.

Pape François, Laudato Si’, n° 79

Un retour à la nature ne peut se faire au prix de la liberté et de la responsabilité de l’être humain, qui fait partie du monde. Le pape François estime que nous devons cultiver nos capacités pour protéger notre planète et développer pleinement les merveilleuses possibilités qu’elle offre.

Notre maison commune est en péril.

Pape François, Laudato Si’, n° 161

En juin 2015, le pape François a livré ses réflexions dans son encyclique Laudato Si’ qui, sur une centaine de pages, concentre une foule de messages percutants qui ont ébranlé les consciences. Nous ressentons partout le réchauffement planétaire et ses conséquences catastrophiques. Plus que jamais, l’heure est à l’action afn de rétablir l’équilibre. Hôtes de passage sur cette terre, nous sommes tenus de la traiter avec tout le respect qui lui est dû et d’assurer aux futures générations des conditions favorables à la vie.

La Terre est essentiellement un héritage commun, dont les fruits doivent bénéficier à tous.

Pape François, Laudato Si’, n° 93

Dieu a créé le monde pour tous. Par conséquent, le pape François déclare que toute approche écologique doit comporter une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés, le plus souvent bafoués. Le principe de subordination de la propriété privée au bien commun devrait être une « règle d’or » du comportement social.

L’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble.

Pape François, Laudato Si’, n° 55

Les personnes ont davantage de sensibilité écologique qu’auparavant, mais cela ne sufft pas. Bien plus, le pape François constate que notre consommation, qui ne cesse d’augmenter, dépasse les capacités de la terre. Si quelqu’un observait de l’extérieur la société planétaire, il s’étonnerait face à un tel comportement qui semble parfois suicidaire.

Le climat est un bien commun, de tous et pour tous.

Pape François, Laudato Si’, n° 23

Le niveau des eaux s’élève, les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplient et la concentration en gaz à effet de serre augmente dans l’atmosphère. Le pape François exhorte tous les êtres humains à modifer leur mode de consommation et de production, seule façon de combattre le réchauffement climatique.

Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous.

Pape François, Laudato Si’, n° 13

Le pape François nous appelle à tirer tous à la même corde pour assurer la sauvegarde de notre maison commune. Il salue, encourage et remercie en particulier tous ceux et celles qui luttent avec énergie contre les effets dramatiques du réchauffement planétaire sur l’environnement et la vie des plus pauvres dans le monde. Il ajoute que les jeunes nous réclament un changement : ils se demandent comment il est possible de prétendre construire un avenir meilleur sans penser à la crise de l’environnement et aux souffrances des exclus.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr