logo Entraide et Fraternité
Analyses   13 mai 2019

Arbitrage : quand les entreprises transnationales bloquent la transition agroécologique

par Renaud Vivien

La mise en place d’une transition agroécologique « indissociable de la souveraineté
alimentaire » constitue une nécessité urgente pour nourrir l’humanité et préserver
l’environnement.

Une partie grandissante de la population en est consciente. En Belgique, les récentes mobilisations citoyennes contre le TTIP et le CETA et celles en faveur de l’adoption d’une « loi climat » démontrent qu’une frange importante de la société est prête à rompre avec la logique économique qui fait primer le profit d’une minorité sur les droits humains et l’environnement. L’État belge, quant à lui, semble tarder à prendre des décisions dans ce sens.

En effet, la révision de la Constitution belge qui aurait pu permettre l’adoption rapide d’une « loi climat » fut rejetée en mars 2019 tandis que l’État continue de conclure des traités de protection des investissements étrangers, servant ainsi les intérêts de géants économiques, y compris l’industrie agro-alimentaire. Cette industrie, dominée à l’échelle mondiale par une poignée d’entreprises, alimente un système agroalimentaire destructeur. Celui-ci constitue le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre. Il est aussi responsable de causer la malnutrition et de détruire l’emploi dans le secteur agricole. 821 millions d’individus souffrent encore de la faim et plus de 2 milliards sont en surpoids. En Belgique, 450 000 personnes ont recours à l’aide alimentaire. Selon le Mouvement d’action paysanne (MAP), le choix politique de soutenir l’agriculture industrielle a entraîné la disparition de 38 000 emplois en Belgique entre 1980 et 2016. Le secteur de l’agroalimentaire est également le plus meurtrier pour les défenseurs des droits humains. En 2018, 321 défenseurs des droits des paysans ont été assassinés dans 27 pays.




Articles en rapport

18 juillet 2019

Le vote du CETA à l’Assemblée nationale française est reporté

Restons mobilisé.e.s !
En plein cœur de l’été, l’Assemblée nationale française a examiné hier, mercredi 17 juillet, le projet de loi de ratification du (...)
16 juillet 2019

Stop CETA

Non au système d’arbitrage
Demain, mercredi 17 juillet, l’Assemblée nationale française se prononcera sur la ratification du CETA.
8 juillet 2019    Autres publications

Ceta ou santé, il faut choisir

Certaines clauses dans les accords commerciaux de l’UE permettent aux multinationales d’avoir recours directement à une justice privée afin d’obtenir des (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr