Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
15 septembre 2020  Actualités

République Démocratique du Congo

Aidez 1.450 familles à ne plus souffrir de la faim

La faim dans le pays a augmenté de quelque 63% depuis 1990 et la pandémie n’aidera pas à améliorer la situation.

Comme vous le savez, la crise liée à la pandémie de coronavirus menace, en plus de la santé, la sécurité alimentaire de millions de personnes. Si 820 millions de personnes sont déjà touchées par l’insécurité alimentaire dans le monde, près de 130 millions pourraient s’ajouter à celles-ci avant la fin de l’année 2020.

Des chiffres inquiétants pour les populations accompagnées par nos partenaires terrain qui sont à pied d’œuvre pour contrer la crise du coronavirus et continuer, sans relâche, leur mission de développement. Multi carencé, le continent africain est encore plus à risque en termes d’insécurité alimentaire. La République démocratique du Congo en souffre particulièrement. Miné par les conflits, la faim dans le pays a augmenté de quelque 63% depuis 1990.

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de notre partenaire le Bureau Diocésain de Développement de Kasongo. Il porte une mission de taille et plus que jamais d’actualité : réduire le taux de mortalité dû à la malnutrition et la faim dont souffre une partie de la population de la province de Maniema, au centre est du pays.

Pas de semences de qualité, pas de matériel adapté, pas de récoltes prometteuses…

Alors que la province de Maniema constitue une région fertile, le taux de mortalité dû à la malnutrition fait partie des plus élevés du pays. Dans cette région, les paysans et paysannes cultivent chaque jour leur petite parcelle de terre jusqu’à tomber d’épuisement. Ils labourent, plantent et récoltent principalement du riz, du maïs, ou du manioc. Pourtant, leurs récoltes sont très faibles, insuffisantes pour se nourrir correctement…

Les raisons de ce paradoxe ? Les communautés ne disposent pas de semences de qualité, ce qui diminue le rendement des récoltes, le matériel utilisé pour cultiver n’est pas adapté, ce qui rend le travail moins efficace, en plus de demander davantage d’efforts physiques. Les connaissances en termes d’agro écologie sont limitées, la terre est donc souvent mal exploitée pour donner à terme des récoltes durables. L’agriculture constitue souvent le seul moyen de survie de ces populations. D’où la nécessité d’agir.


JPEG « J’ai 9 enfants et j’ai perdu mon mari. Ce que je récolte ne suffit pas pour nourrir tous mes enfants. Bien souvent, nous ne faisons qu’un repas par jour. Le travail aux champs épuise mon corps. Pour y aller, je marche deux heures à l’aller et deux heures au retour. Parfois, on a pillé mon champ. »

Paysanne de la région du Kasongo



Pour améliorer les récoltes des paysans et, in fine, la situation alimentaire des communautés, le Bureau Diocésain de Développement de Kasongo développe un projet qui permettra, d’ici à deux ans, à 1.450 personnes d’avoir une alimentation suffisante et de qualité et des revenus décents grâce à des initiatives réussies en agriculture paysanne durable, de la production à la commercialisation.

Le Bureau Diocésain de Développement de Kasongo donne aux paysans et paysannes de la région les outils, formations et semences nécessaires pour améliorer leurs récoltes. Car, pour cultiver, il faut des semences de qualité, du matériel adapté… des choses dont manquent souvent la plupart des paysans congolais… Le temps presse pour améliorer leur situation. Vous pouvez les aider concrètement par un don. Par exemple,

  • avec un don de 42 € (17 € après déduction fiscale) vous offrez 150 boutures de manioc à une communauté paysanne.
  • avec un don de 77 € (31 € après déduction fiscale) vous offrez un kit complet de matériel agricole à un paysan ou à une paysanne (arrosoirs, houe, machette, râteau, kit de semences de base etc.).
  • avec un don de 96 € (38 € après déduction fiscale) vous offrez 300 sacs de semences de riz à une communauté paysanne.
  • avec un don de 245 € (98 € après déduction fiscale) vous offrez une formation en agro écologie à 5 « agris multiplicateurs ». Ils recevront également des semences et des outils.

Grâce à votre soutien, nous pouvons non seulement éviter certains des pires effets immédiats liés à la faim, mais aussi le faire d’une manière qui favorise la transition vers des systèmes alimentaires plus durables.
Merci de votre don fraternel pour un monde sans faim.

Mesure exceptionnelle

Défiscalisation à 60 % pour les dons de 2020.
Afin d’encourager la générosité en cette période difficile pour les associations, le gouvernement a décidé que les dons effectués en 2020 bénéficieront d’une réduction fiscale de 60 % au lieu des 45 % habituels. Cette mesure est valable pour tous les dons de 40 € ou plus.

Vous pouvez également faire un don par virement BE68 0000 0000 343




JE FAIS UN DON Don par virement : BE68 0000 0000 343

Lire aussi

15 septembre 2020    Analyses    Indépendance du Congo

60 ans après, décoloniser les esprits ?

Avec Entraide et Fraternité, Julien Truddaiu, chargé de projets pour l’ONG Coopération, Éducation et Culture (CEC) analyse les discours - et les silences - (...)
13 septembre 2020    Legs et testaments

Questions / Réponses

Questions fréquentes sur les legs et testaments au profit d’Entraide et Fraternité
13 septembre 2020    13 septembre

Jour du testament au profit d’une bonne cause

Chaque jour, 5 Belges ajoutent une bonne cause dans leur testament. Et si vous faisiez de la fraternité votre héritière ?

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr