logo Entraide et Fraternité
Analyses   23 novembre 2018

Accaparements de terres : la course continue

par Carline Martinez, relecture : Maxime Caudron

Quel que soit le continent où ils travaillent avec les communautés paysannes, les partenaires Sud et Nord d’Entraide et Fraternité s’accordent à dire que la terre sous tous ses aspects – son accès, son contrôle, sa protection, sa représentation symbolique - reste un des enjeux politiques essentiels dans la perspective mondiale de la souveraineté alimentaire.

Pour cette raison, Entraide et Fraternité et ses partenaires Sud développent actuellement un travail de recherche et de plaidoyer sur ce thème central. Cette analyse rappelle l’ampleur du phénomène des accaparements des terres et ses impacts sur l’agriculture paysanne et la sécurité alimentaire.

La terre est la base physique, matérielle et symbolique dont l’accès est indispensable à la souveraineté alimentaire. La terre apporte sécurité, logement, revenus et nourriture aux populations. Elle est le substrat sur lequel se fonde nos racines physiques et culturelles, le lien entre les ancêtres et les générations futures. Que se passe-t-il alors quand elle est transformée en marchandise pour satisfaire l’avidité des spéculateurs et investisseurs de tout poil ? Que se passe-t-il quand les paysans, ceux qui nourrissent le monde, n’y ont plus accès ?
Certes, dans tous les pays, il existe des droits « fonciers » formels et légaux ou traditionnels et coutumiers. Ils désignent les droits d’accès, d’usage, de contrôle et de transfert des terrains ainsi que des ressources qui s’y trouvent2. Or, ces droits fonciers sont souvent fragiles. Ils ne sont pas considérés comme un droit humain au niveau international. La fragilité de ces droits se répercute sur les catégories les plus vulnérables de la société qui dépendent de la terre et cause des injustices partout dans le monde, en plus de mettre à mal la sécurité et la souveraineté alimentaire d’une part grandissante de la population mondiale.




Articles en rapport

30 août 2019    Lettres, déclarations    Communiqué de Presse

L’Amazonie brûle : qui sont les pyromanes ?

« Brûler l’Amazonie est un crime contre l’humanité ! », voilà le cri lancé par nos partenaires brésiliens.
5 juillet 2019    Lettres, déclarations    Communiqué de presse

Plainte contre ING Group

Des organisations membres des Amis de la Terre (Friends of the Earth) déposeront une plainte contre la banque néerlandaise ING (...)
29 mai 2019

SOCFIN, we are watching you !

Quelle justice pour les riverains des plantations SOCFIN ?

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr