Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
RSS

Visite du barrage de Mulungushi et vente de poulets aux villageois

Ce mercredi 25 février 2015, départ avec le 4x4 avec Pierre au volant et 45 poulets qui seront vendus aux personnes travaillant à la centrale hydro-électrique et aux villageois. Dans un tournant, après avoir franchi la rivière chargée des eaux tumultueuses des récents orages, nous découvrons un panneau on ne peut plus insolite : "Beware crocodiles !" Il y a quelques années, un enfant d’une famille venue se détendre au club nautique a disparu, emporté par un de ces animaux terriblement dangereux ! Nous laissons les trois amis de "Sunflowers" procéder à la vente des poulets, plus que mouillés par une pluie insistante. Nous descendons par un funiculaire jusqu’à la rivière au bord de laquelle se trouve la centrale érigée par les Anglais. Quatre énormes générateurs d’électricité reçoivent l’eau qui dégringole avec force depuis le barrage supérieur via d’énormes conduites. Deux machines ont plus de 8O ans et portent la marque de fabrique britannique ; quant à la dernière, les caractères chinois nous montrent que les Asiatiques sont aussi présents dans ce domaine-clef qu’est la production d’énergie électrique. Au tableau de bord, le personnel préfère le contrôle via les cadrans traditionnels plutôt qu’au moyen d’écrans d’ordinateur.

Un ancien mineur nous raconte l’apartheid

Ce jeudi 26 après-midi, nous rendons visite, Pierre et moi à un ancien mineur et à son épouse, Suf-Africaine d’origine. Ils sont très heureux de nous accueillir dans la case cuisine à moitié branlante. Quand l’Etat Zambien a privatisé les mines (argent, cuivre, etc), de nombreux mineurs licenciés, à titre d’indemnisation, ont reçu un lopin de terre dans la région. N’étant pas agriculteurs, ils sont quelque peu "perdus" dans ce coin, vivant dans des conditions très précaires. Dans un anglais impeccable, Muyingu nous décrit la situation du temps de la colonisation et nous parle d’une façon très précise de l’apartheid dans les deux Rhodésies. Ayant vu plusieurs Belges se marier avec des Africaines, il nous considère plus ouverts que les Anglais qui ne se frayaient pas avec les "coloured people". Ceci dit, la colonisation anglaise, 50 ans après, présente encore de nombreux effets positifs (état des routes, des services publics, des hôpitaux et de l’enseignement), ce qui est loin d’être le cas dans les pays Africains francophones ... particulièrement au Congo !

Visite de l’école primaire et moyenne et du Lycée

La plupart des enfants des "Sunflowers" étudient dans ces écoles. Au Lycée, le directeur m’accueille en disant : "Je vous connais, je vous ai vu dimanche sur la route venant de Kapiri Mposhi !" Evidemment avec mon arnachement et mon drapeau écarteur rouge et jaune, je ne passe pas inaperçu ! Dans les classes régne une athmosphère très studieuse ... très "british" ! Les élèves portent un uniforme et une cravate.





A lire aussi