Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
16 avril 2018  Actualités

Rapport de l’ONU

Mortalité plus précoce pour les femmes dalit

Une femme dalit meurt en moyenne 14,6 ans plus jeune qu’une femme de caste supérieure

Un nouveau rapport de l’organisation ONU Femmes constate qu’une femme de basse caste en Inde est exposée à une mortalité plus précoce en raison de la discrimination multifactorielle, d’une hygiène insuffisante et de soins de santé inadéquats. Le rapport mondial Transformer les promesses en actions : l’égalité du genre dans le Programme 2030, examine sous l’angle du genre les progrès et les défis dans la mise en œuvre de tous les 17 objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

« Les femmes les plus défavorisées sont souvent des femmes et des filles qui subissent de multiples formes de désavantages fondées sur le genre et d’autres inégalités … Cela peut conduire à des privations multiples où les femmes et les filles peuvent être simultanément défavorisées dans l’accès à une éducation de qualité, au travail décent, à la santé et au bien-être », indique le rapport.

Le rapport souligne également que le progrès pour les femmes est un prérequis si l’on veut réaliser des progrès pour tous, y compris en examinant comment les autres formes de discrimination sont influencées par le genre.

« Sur base des principes des droits humains d’égalité et de non-discrimination, cet engagement [à ne laisser personne de côté] reconnaît les inégalités multiples et croisées qui empêchent si souvent dans la pratique la jouissance pleine et égale des droits de groupes spécifiques. »

Un cas d’espèce est la discrimination fondée sur la caste et la situation des femmes dalits en Inde. Le rapport signale une disparité choquante dans les chiffres de mortalité, la femme dalit décédant en moyenne 14,6 ans plus jeune que la femme indienne en général. Un autre exemple donné est le taux d’alphabétisation pour les femmes indiennes des « castes répertoriées » (Dalits). Ce taux est inférieur à la moyenne nationale, ne représentant que 57%. Le rapport indique également que,

« La probabilité d’être pauvre est plus grande si une femme est sans terre et d’une caste répertoriée. Son faible niveau d’éducation et son statut dans la hiérarchie sociale font en sorte que si elle travaille contre rémunération, ce sera presque inexorablement dans des conditions de travail abusives. »

Le rapport souligne le besoin urgent d’aborder les multiples formes de discriminations conduisant à des privations groupées si l’on veut réellement réaliser des progrès pour atteindre les cibles des ODD

source : idsn.org
traduction : dalits.be





Lire aussi

22 novembre 2022    Analyses    En 2022 et au-delà

Aux côtés des pêcheurs artisans

par Jacques Briard, Béatrice Gorez et Joëlle Philippe
Le combat des travailleurs et travailleuses de la pêche et de l’aquaculture artisanales des pays du Sud est celui des droits humains.
8 mars 2022    Analyses

La lutte contre le réchauffement climatique peut-elle être féminine et décolonisée ?

par Axelle Fischer
Sans la pleine participation des populations des pays appauvris et sans la prise en compte de la voix des femmes, il ne pourra y avoir de réelles avancées dans la sauvegarde de notre (...)
Inde    Orissa

THREAD

Les éco-villages
Connaissez-vous le concept des éco-villages ? Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, adressons-nous aux femmes adivasis des tribus indigènes au sud d’Orissa, sur la frontière vers l’Andhra (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr