Afrique du Sud

Sinomlando

Les Boîtes de la Mémoire

Travail de mémoire et soutien psycho-social aux orphelins et aux enfants vulnérables dans le contexte du VIH/SIDA

Contexte

L’Afrique du Sud a un des plus forts taux de prévalence du virus du SIDA dans le monde. Au Kwazulu-Natal, il n’est pas exceptionnel de trouver des familles qui ont perdu en une année un, deux ou trois membres, voire plus. Le traitement antirétroviral est disponible depuis 2004 dans les cliniques et les hôpitaux. Mais du fait de la faiblesse du système de santé et de la stigmatisation liée au virus, à peine un quart des patients qui auraient besoin du traitement, en bénéficient. La stigmatisation sociale crée le silence autour du SIDA, avec des conséquences dévastatrices pour les survivants, particulièrement les enfants.

Les orphelins du SIDA subissent de multiples pertes. Ils perdent leurs parents et la sécurité liée à la vie avec eux. Leur qualité de vie se détériore et ils s’isolent : ils ne visitent plus leur parenté, parfois ils arrêtent l’école, notamment parce qu’ils n’ont plus les moyens d’en payer les frais. Et même s’ils peuvent payer, la crainte de la stigmatisation face aux élèves et aux professeurs les tient éloignés.

Le VIH/SIDA n’affecte pas seulement la vie économique des familles. Il fragilise aussi la stabilité émotionnelle des enfants. Le poids du silence rend très difficile de parler avec les enfants des situations de maladie et de mort. Les parents ne peuvent parler de leur affection par le virus ni de l’éventualité de leur mort. Ensuite, la personne qui reste pour s’occuper des enfants, souvent une parente âgée, n’a pas envie ou a peur de raconter aux enfants pourquoi leur père ou leur mère, ou parfois les deux, ont disparu soudainement. Cela affecte la jeune génération. La situation des enfants se détériore : ils ressentent de la colère, de la tristesse ou de la dépression. Ils peinent à exprimer leurs émotions car la raison de leur problème a rarement été nommée. Et donc ils se retrouvent seuls. Avec le temps, le souvenir des parents décédés s’affaiblit, créant un état de confusion qui les empêche de développer leurs potentiels. Ces effets sont plus graves si on ne les aide pas à comprendre et résoudre leur perte.
C’est dans ce contexte qu’est né le Programme de Travail de Mémoire de Sinomlando.

Sinomlando

En zoulou, Sinomlando signifie « Nous avons une histoire ». Etabli en 1996, le Centre Sinomlando pour l’Histoire orale et le Travail de Mémoire en Afrique, est un centre de recherche et de développement communautaire issu de l’Ecole de Religion et de Théologie de l’Universite du Kwazulu-Natal et devenu en grande partie indépendant.
La vision de Sinomlando est de permettre à des personnes avec des mémoires oubliées, réduites au silence et traumatisées, de retrouver leur histoire et de développer de la résilience.
Sa mission est de renforcer les capacités en travail d’histoire orale et de mémoire dans des organisations partenaires qui atteignent les communautés.
Son principal programme actuellement, le Programme des Boîtes de la Mémoire, a été lancé en 2000 pour répondre aux besoins des orphelins et enfants vulnérables dans le contexte du VIH/SIDA. Ces enfants ont subi de multiples traumatismes et pertes. Un réseau de 200 organisations partenaires en Afrique du Sud et dans le reste du continent a été formé et suivi par le programme.
Dans les dernières années, Sinomlando s’est aussi orienté vers d’autres groupes d’enfants victimes de traumatismes :
• Adolescents touchés et infectés par le VIH et le SIDA
• Enfants de réfugiés
• Enfants handicapés

Les objectifs généraux du programme Mémoire et support psycho-social sont les suivants :
-  Créer divers matériaux pour diffuser largement la méthodologie du travail sur la mémoire
-  Former, suivre et superviser les permanents et volontaires d’ONGs, d’organisations de base, d’organisations confessionnelles et d’agences gouvernementales dans le travail de la mémoire et le soutien aux enfants orphelins ou vulnérables dans le contexte du VIH/SIDA et désormais d’autres formes de traumatismes
-  Organiser des ateliers pour des enfants, des adolescents ou des personnes qui en ont la charge, en lien avec les équipes et volontaires des organisations partenaires
-  Initier de nouvelles formes d’intervention sociale pour des enfants ayant des besoins spécifiques.

Les premiers bénéficiaires sont donc les enfants et leurs familles, dans le contexte du VIH/SIDA ou d’autres traumatismes. Mais Sinomlando bénéficie aussi aux organisations qui travaillent avec ces familles.

Entraide et Fraternité a soutenu Sinomlando pour la première fois en 2013.
Le projet trouve en effet sa place dans un programme sur les Droits de l’Enfant. N’est-ce pas en effet un droit fondamental de tout être humain, et un élément essentiel pour un enfant, de ne pas être privé de la mémoire de son histoire ?
Entraide et Fraternité soutient donc le travail de mémoire mené avec des enfants. En 2014, ce soutien s’orientera vers l’appui au projet mené avec les adolescents touchés par le VIH/SIDA. Outre le travail de mémoire, Sinomlando veut développer avec ces jeunes une approche participative d’ « éducation par les pairs » où chaque jeune devient aussi responsable de la formation de ses camarades.





Articles en rapport

30 mars 2017  Histoires à la une

Mojoca - Mouvement des Jeunes de la Rue

Mojoca, un centre d’accueil et des travailleurs sociaux auprès des enfants des rues du Guatemala City.
Des travailleurs sociaux au plus près des enfants des rues et un centre d’accueil.
se (...)

2 février 2017  Droits de l’enfant

Outil pédagogique, à destination des écoles primaires !

Entraide et Fraternité met à disposition des instituteurs et institutrices trois dossiers pédagogiques abordant les droits de l’enfant et en particulier le droit à la participation.
Ces dossiers sont (...)

30 janvier 2017  Droits de l’enfant

Tome 3

Des jeux pour des enjeux : invitation à partager
Changer nos comportement à l’école, réfléchir à la participation en classe c’est bien mais nous l’avons dit, seul on ne peut rien faire
Alors il nous a (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr