logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

Semaine 1

Rouge vif, vie à partager

Cette tapisserie de Carême "Donne-nous aujourd’hui" est l’œuvre de femmes latino-américaines incarcérées à la prison pour femmes de Francfort.

Le poster a été réalisé par sept femmes latino-américaines qui ont exécuté divers transports pour le compte de trafiquants de drogue et ont été condamnées à quatre ans de prison ferme. Incarcérées à la prison pour femmes de Francfort, en Allemagne, elles ont participé à un atelier d’écriture basé sur la prière. Il leur a fallu un processus long, de trois mois, pour entrer dans la prière « Donne-nous aujourd’hui… ». Deux artistes et une pasteure ont accompagné leur cheminement.

Au premier regard, nous somme inondés par un rouge brillant. Dans toutes les cultures, cette couleur symbolise la VIE. La vie malgré l’emprisonnement, malgré l’oppression, malgré la faim qui tenaille 868 millions d’êtres humains de par le monde.

La vie malgré tout, car il ne s’agit pas, durant le Carême, de nous morfondre sur tous les malheurs du monde. Tant de souffrances, tant d’inquiétudes pèsent au quotidien sur notre terre et sur les épaules de tant d’êtres humains… Faudra-t-il encore en alourdir le poids par nos mortifications ?

Au contraire ! La Parole qui nous convoque en cette ouverture de Carême est vive, elle est vie, don, invitation à retrouver une vie humanisée en plénitude. En pensées et en actions, soyons nous aussi porteurs de vie, autour de nous et par-delà les océans.

La composition du poster est à première vue inhabituelle. Elle suggère en fait un écran d’ordinateur, qui nous permet d’entrer en contact avec le monde. On y voit des images de fond, des « fenêtres » ouvertes et de petites icônes tout autour.

Une icône, au sens religieux du terme, invite à contempler, pour accéder à quelque chose qui est « caché derrière », un mystère, une profondeur insoupçonnée. De même pour ces petits dessins qui représentent différentes facettes de la faim.

En parcourant ce poster semaine après semaine, nous découvrirons un peu de la réalité cachée derrière ces images. Nous nous rendrons proches de ces hommes et de ces femmes pour qui les droits élémentaires sont l’objet d’un combat quotidien.

Puissions-nous, durant ce Carême, prendre, en compagnie de ces femmes latino-américaines, le temps de voir la réalité de millions d’hommes et de femmes brésiliens. Pas pour nous apitoyer sur leur sort, mais pour leur emboîter le pas dans leurs efforts pour faire régner la justice et obtenir un partage équitable de la terre et de ses fruits.

Prions avec les jeunes qui ont découvert un peu de la réalité du Brésil lors des Journées Mondiales de la Jeunesse.
« Prions pour tous les paysans sans terre, exemples de courage, de ténacité et d’espérance. Trop souvent victimes de la faim, que l’espoir ne les quitte jamais et qu’ils sachent nourrir leur famille dans la dignité. Que le souci de justice sociale guide également les décisions des dirigeants politiques. Seigneur, nous te prions. »

Retrouverez cette image ainsi que le commentaire radio sur le site de RCF-Bruxelles.





Articles en rapport

7 juillet 2014    Juste Terre !    Juin 2014

Juste Terre 109

Wallonie et Bruxelles se sont mis, grâce à vous, aux couleurs du Brésil et de la solidarité avec ses petits paysans, durant le Carême de Partage (...)
7 avril 2014    Méditations autour de la tapisserie    Semaine 5

Leur pain quotidien...

Trois grandes marmites (du riz, des haricots rouges, de la viande, peut-être), des mains qui servent, des assiettes vides qui se (...)
30 mars 2014    Méditations autour de la tapisserie    Semaine 4

Au Brésil, un match peut en cacher un autre

C’est un enfant ou un adolescent. Il est à genoux au milieu des jambes des passants qui le voient à peine.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr