logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

Lettres, déclarations   24 octobre 2016

Plateforme Haïti.be

Après l’ouragan Matthew, la plateforme Haïti dont Entraide et Fraternité est membre lance un appel à la Coopération belge.

Elle lui demande de répondre à l’urgence, mais aussi d’envisager l’avenir. C’est pourquoi la Coopération belge devrait, selon la plateforme, contribuer au renforcement du monde agricole et à la reconstitution du cheptel bovin et caprin, source de revenus et d’alimentation pour de très nombreux Haïtiens. Ceci correspond aussi à la demande de nombreuses organisations haïtiennes avec qui les membres de la plateforme travaillent. Ces acteurs locaux sont les mieux placés pour permettre l’achat de bétail, l’organisation du don des bêtes aux paysans, l’emploi d’ouvriers agricoles pour remettre en état les exploitations, la mise en culture de plantes utiles au bétail et aux populations… Cette démarche vise à la fois à répondre à des besoins urgents et à construire durablement une agriculture viable et autonome, source de revenus et d’avenir pour les populations rurales. Elle cherche aussi à limiter l’exode rural vers Port-au-Prince que cette capitale n’est pas en capacité de gérer.
L’aide d’urgence octroyée par la Belgique doit aller dans ce sens de reconstruction du pays et de renforcement du monde agricole et de la paysannerie.


Plateforme Haiti.be
Faubourg de Charleroi, 42A
1400 NIVELLES
0472 70 98 57

Monsieur Alexander De Croo
Ministre de la Coopération au Développement
Tour des Finances
Avenue du Jardin Botanique 50, boîte 61
1000 BRUXELLES

Objet : aide d’urgence à Haïti

Bruxelles, le 18 octobre 2016

Monsieur le Ministre,

Les 4 et 5 octobre derniers, l’ouragan Matthew a frappé la partie Sud d’Haïti avec une violence extrême (pluies torrentielles, vents de plus de 230 km/h) et générant des dégâts et pertes considérables. Le bilan humain avancé à ce jour fait état de nombreux morts et plus de 1,4 millions d’Haïtiens nécessitent une assistance humanitaire. Dans le Sud du pays, on a estimé que deux tiers des habitations ont été endommagées ou détruites, 70% du bétail a été décimé et 80% des récoltes sont dévastées.
Il est nécessaire de répondre à l’urgence, mais nous avons la responsabilité d’envisager l’avenir. La gravité des conséquences du cyclone, comme du séisme de 2010, est en partie liée au mal-développement du pays. Il y a donc besoin d’un investissement financier direct sur place, pour que cela puisse participer à la relance de l’activité économique dans toutes les strates de la société, et que les Haïtiens puissent exprimer leur responsabilité face à l’avenir de leur pays. Il s’agit d’engager des projets pérennes, par des actions de terrain, émanant de responsables haïtiens connus et reconnus, qui maîtrisent les besoins, le contexte et le contact avec les populations locales.
Et, conformément à l’appel du Président Privert lors de la visite sur place de Mr Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations-Unies, il est urgent de réhabiliter le monde agricole : « Il nous faut recapitaliser le monde rural, faire circuler de l’argent dans les départements affectés. » Ceci signifie à nos yeux qu’il s’agit de soutenir plus que jamais l’agriculture paysanne et de veiller à que les organisations paysannes et les organisations des femmes rurales soient partie prenante des décisions qui les concernent.
Nous lançons donc un appel à la Coopération belge pour qu’elle contribue au renforcement du monde agricole et à la reconstitution du cheptel bovin et caprin, source de revenus et d’alimentation pour de très nombreux Haïtiens. Ceci correspond aussi à la demande de nombreuses organisations haïtiennes avec qui nous travaillons. Ces acteurs locaux sont les mieux placés pour permettre l’achat de bétail, l’organisation du don des bêtes aux paysans, l’emploi d’ouvriers agricoles pour remettre en état les exploitations, la mise en culture de plantes utiles au bétail et aux populations… Cette démarche vise à la fois à répondre à des besoins urgents et à construire durablement une agriculture viable et autonome, source de revenus et d’avenir pour les populations rurales. Elle cherche aussi à limiter l’exode rural vers Port-au-Prince que cette capitale n’est pas en capacité de gérer.
Monsieur le Ministre, pouvons-nous compter que l’aide d’urgence octroyée par la Belgique aille dans ce sens de reconstruction du pays et de renforcement du monde agricole et de la paysannerie ?
En vous remerciant, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Jeannine Fally
Présidente





Articles en rapport

29 juin 2017    Analyses

La Politique Agricole Commune (PAC)

par Daniel Van Der Steen
Histoire de la construction et du démantèlement des instruments d’appui à l’agriculture familiale
9 mai 2017    Lettres, déclarations    Carte Blanche

L’esprit d’entreprise comme premier outil de...

L’esprit d’entreprise comme premier outil de développement agricole en Afrique, les ONG sont sceptiques.
26 avril 2017    Analyses    Réseaux alimentaires alternatifs

Élitisme ou émancipation ?

par Elisabeth Lagasse
Alors que la journée des luttes paysannes est l’occasion de rappeler la nécessité d’une "révolution agroalimentaire" en marche à travers le monde, il est (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr