Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
RSS

OAP

Un projet au Burundi

L’OAP, Organisation d’Appui à l’Autopromotion, travaille dans la province de Bujumbura rural, au Burundi.

A l’OAP, Entraide et Fraternité soutient des activités agricoles afin d’augmenter la quantité de nourriture dans les ménages.
Le Burundi est un petit pays enclavé dans la région des Grands Lacs de l’Afrique centrale. Il est aussi un des pays les plus pauvres du monde. 68% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Il est entouré par le Rwanda, la République Démocratique du Congo et la Tanzanie.

Après une guerre civile qui a détruit le pays on sent aujourd’hui, se lever l’espoir grâce aux activités mises en place par l’OAP.
Des petits groupes de paysans et paysannes se forment pour cultiver ensemble des petites parcelles de terre, dans le but d’augmenter leurs récoltes et donner de quoi manger aux enfants.
Avec un microcrédit, (un prêt d’argent) des femmes créent de véritables petites entreprises (fabrication de jus et de confitures). Cela permet de transformer et de conserver les stocks de fruits et de les écouler plus tard sur les marchés, empêchant ainsi les prix de chuter.
Des adductions d’eau amènent la vie dans les villages les plus reculés et déchargent femmes et enfants de corvées très fatigantes. Des chantiers communautaires pour construire une école ou un centre de santé créent de véritables pôles de développement local.

Comment travail l’OAP pour faire tout cela ?
L’OAP forme des animateurs volontaires dans 35 zones de la province de Bujumbura rural. En tout c’est 5.500 agriculteurs et agricultrices qui participent à ce projet.
Les animateurs passeront de temps avec les paysans pour les former à différentes techniques agricoles, comme en témoigne Annonciation :

« Maintenant, nous appliquons les bonnes techniques pour cultiver nos champs. Nous utilisons des semences améliorées, nous aménageons des petits trous dans lesquels nous mettons plusieurs graines, nous y ajoutons du fumier. Nous semons sur une ligne et cela, c’est nouveau, parce qu’avant on semait vaille que vaille sans mettre de fumier. Voilà pourquoi notre production était faible. Nous espérons que la production va augmenter. Une partie de notre récolte sera utilisée comme semences, par notre association, mais aussi pour les producteurs voisins. »



Tags : OAP , Burundi


A lire aussi