Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
10 mars 2014  Actualités

Nouveaux systèmes alimentaires : Des changements indispensables

Publication du rapport final du Rapporteur Spécial des Nations Unies, Olivier De Schutter, sur le droit à l’alimentation.

En avril 2014, le belge Olivier De Schutter terminera son second mandat comme Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation. À cette occasion, il publie ce 10 mars son dernier rapport, qui vient conclure 6 ans d’activités alors qu’en juin Entraide & Fraternité bouclera à son tour un programme d’action de 6 ans sur les thèmes de l’agriculture paysanne et de la souveraineté alimentaire. Nous vous proposons ici une mise en perspective du rapport d’Olivier De Schutter et des positions prises par Entraide & Fraternité.

Ce 10 mars, le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation présente son dernier rapport au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, intitulé « Rapport final : le potentiel transformateur du droit à l’alimentation ». Olivier De Schutter terminera son second mandat fin avril comme Rapporteur Spécial des Nations Unies. Ce départ est une vraie perte pour la société civile engagée dans le suivi des politiques agricoles et alimentaires. Au moment où Entraide & Fraternité termine un programme de six ans sur les thèmes de l’agriculture paysanne et de la souveraineté alimentaire, l’heure est donc aux bilans. En mettant en perspective le travail accompli par Entraide & Fraternité avec des éléments de contenu du dernier rapport d’Olivier De Schutter, ce sont les contours d’un nouveau modèle qui sont ainsi mis en avant.

Un diagnostic partagé

« Par rapport à l’exigence selon laquelle ils devraient contribuer à la réalisation du droit à l’alimentation, les systèmes alimentaires dont nous avons hérités du 20ème siècle ont échoué », impacts environnementaux et climatiques sévères, régimes alimentaires inadéquats, spécialisation, dumping, dépendance aux imports, production d’agrocarburants, accaparements, gaspillage alimentaire, productivisme, concentration au sein de la chaine alimentaire, dépendance au pétrole, paupérisation et migrations urbaines … autant d’éléments qui soulignent l’inadéquation du modèle actuel et son incapacité à répondre à l’impératif du droit à l’alimentation – définit comme « le droit de chaque individu, seul ou en communauté, d’avoir un accès permanent – physique et économique – à de la nourriture adéquate, suffisante et culturellement acceptable, produite et consommé durablement en vue de préserver l’accès à l’alimentation des générations futures ».
Bien que la formulation varie quelque peu, c’est également une conclusion à laquelle Entraide & Fraternité est parvenue. Dans une étude publiée en 2013, nous indiquons ainsi que « le système agricole et alimentaire actuel ne parvient pas à réaliser sa mission première : fournir une alimentation suffisante (en qualité et en quantité) à l’entièreté des populations sans mettre en danger la capacité des générations futures à assurer leur propre subsistance ».

Olivier De Schutter indique également que « 25% de réduction de produits issus de l’élevage au niveau mondial entre 2009 et 2017 entrainerait une réduction de 12,5% des émissions globales de gaz à effet de serre » et propose dès lors de « décourager l’augmentation de demande en viande là ou sa consommation a déjà atteint des niveaux plus que suffisants pour satisfaire les besoins diététiques ».

Bien souvent, l’analyse des dysfonctionnements et des limites du système actuel sont partagés et reconnus par la grande majorité des acteurs travaillant sur les questions agricoles et alimentaires.

Vous pouvez lire l’analyse comparée dans sa version complète.





Lire aussi

17 avril 2021    Lettres, déclarations, communiqués    Communiqué de la CoEH - Journée internationale des luttes paysannes

Haïti : la sécurité alimentaire en péril

Projet de zone franche à la Savane Diane
La Coordination Europe Haïti souhaite exprimer sa profonde inquiétude et son soutien aux organisations paysannes après l’arrêté présidentiel du 8 février (...)
16 octobre 2020    Journée mondiale de l’alimentation

Le coronavirus aggrave la situation de la faim dans le monde

Quatre. C’est le nombre de nouvelles personnes victimes de la faim, chaque seconde, suite à la crise sanitaire du Covid-19.

Juste Terre ! n°172

Dans les pays du Sud, les répercussions des mesures de confinement sur la sécurité alimentaire sont énormes. Le Programme alimentaire mondial prévoit une (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr