Soutien aux revendications des producteurs laitiers

Solidarité Internationale Belge & Organisations Paysannes Africaines

Les organisations de solidarité internationale belges et des organisations paysannes africaines soutiennent les revendications des producteurs laitiers.

Lorsqu’il y a trois ans la crise du lait éclata, les ONG belges et de nombreuses organisations paysannes d’Afrique s’étaient mobilisées pour soutenir les revendications légitimes des producteurs laitiers engagés dans la grève du lait.

Défendre un prix juste et rémunérateur pour les productions des paysans du Nord, comme pour les agriculteurs et paysans du Sud, était et est toujours une demande légitime et fondée, vu la dégringolade des revenus de nombreux producteurs laitiers.

Producteurs du Nord et du Sud victimes de la dérégulation

Mais les ONG s’étaient également mobilisées parce qu’à la source de la crise du lait, crise dont nous ne sommes toujours pas sortis, il y avait cette volonté manifeste de la Commission européenne de déréguler davantage le marché laitier, à travers une augmentation progressive des quotas.

Cette augmentation de la production – qui ne peut être écoulée sur le marché interne, étant donné que l’Union se trouve déjà dans une situation de surproduction structurelle – ne réglera pas le problème de prix rémunérateurs et stables, bien au contraire. Elle mène à encore plus de production et des prix trop bas. Les laiteries doivent écouler une plus grande partie de leur production sur les marchés extérieurs (voir tableau ci-dessous), sans que les producteurs laitiers ne bénéficient de prix rémunérateurs. Ces exportations empêchent les producteurs laitiers des pays du Sud de développer leurs propres filières laitières et de vendre leur lait sur leurs marchés locaux.

Régulation des volumes est la seule solution

En supprimant les quotas laitiers, l’Union Européenne a décidé de se défaire de son instrument de régulation principal.

La commission européenne, avec son nouveau commissaire, reconnaît aujourd’hui la nécessité de réguler les prix, mais elle ne sait comment sortir d’un problème dans lequel elle s’est elle-même enfermée en démantelant les outils de régulation permettant d’y arriver.

Les ONG s’opposent à " exporter " les conséquences de la dérégulation du marché laitier européen, rappelant les effets désastreux sur les pays du Sud. Quel sens y a-t-il à soutenir les efforts des organisations paysannes des pays du Sud pour développer leurs productions locales, via l’aide au développement, si cette même production est mise à mal par une politique agricole qui produit des excédents ? C’est pourquoi nous soutenons la revendication centrale des producteurs laitiers, qui est de réguler les volumes de production pour les ajuster à la demande réelle.

Les Signataires :

Thierry Kesteloot, Oxfam-Solidarité
Stéphane Desgain, CNCD-11.11.11
Corentin Dayez, Oxfam-Magasins du monde
Florence Burette, Vétérinaires Sans Frontières
Jean-Jacques Grodent, SOS Faim
Carmélina Carracillo, Entraide et Fraternité
Sophie Charlier, Le Monde selon les femmes
Luc Vankrunkelsven, Wervel
Jo Dalemans, Broederlijk Delen

Organisations paysannes africaines :
PNOPPA : Plate-forme paysanne nationale du Bénin
FONGS, organisation paysanne du Sénégal
CNOP – Mali : plate-forme paysannes nationale malienne

Contact : Thierry Kesteloot, Oxfam-Solidarité, tel : 0475.543.723

Evolution des exportations de produits laitiers européens (source : www.clal.it)

PNG - 150.1 ko
TéléchargerConsulter

Légende :
SMP : poudre de lait écrémé, WMP : poudre de lait entier, Whey : Lactoserum, Butter : Beurre, Cheese : Fromages





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr