23 octobre 2013  Actualités

Les ménages pauvres ont du mal à payer les aliments de base

PACSA - Afrique du Sud

Baromètre de prix alimentaire

Un outil performant pour mesurer l’impact de l’augmentation des prix sur l’alimentation des populations.

A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation du 16 octobre dernier, PACSA, un de nos partenaires sud africain, nous fait part de son baromètre sur les prix des produits alimentaires dans la région de Kwazulu-Natal. Il s’avère que c’est un outil performant pour mesurer de manière participative l’impact de l’augmentation des prix sur l’alimentation des populations concernées. On y voit clairement que l’augmentation des prix est importante et compromet la qualité de l’alimentation.

L’outil est disponible en anglais sur www.pacsa.org.za.

Voici quelques faits marquants de leur communiqué de presse :

- Tous les aliments dont les amidons et les sucres (10,6%), les produits laitiers (17,8%), les légumes frais (7,8%), y compris l’huile de cuisson (7,8%), les conserves de poisson (20,67%) et les haricots en conserve (6,3%) ont augmenté de manière significative.
- Les prix du poulet et de bœuf ont connu une chute significative entre septembre 2012 et septembre 2013. Les morceaux de poulet congelés ont baissé de 8,03% et le bœuf de 13,66%. Ces aliments ont contribué à fausser la véritable l’inflation des prix des denrées alimentaires sur le panier des ménages.
- Les flambées des prix des denrées alimentaires continuent. Les prix de la majorité des aliments fluctuent d’un mois à l’autre, du coup, il est extrêmement difficile de faire un budget précis pour la nourriture.
- De nombreuses familles ne disposent que d’une nourriture très limitée pour les 7 à 10 derniers jours du mois. Elles n’ont généralement que de la farine de maïs, de riz, de farine à gâteau, de la cassonade, de l’huile de cuisson et du sel dans leurs placards.
- Les prix élevés des produits alimentaires influencent les achats et la préparation des repas. Les femmes s’inquiètent du fait que les produits pas chers qu’elles sont obligées d’acheter les rend malades.
- Les prix élevés de l’électricité influence également la façon dont les aliments sont préparés. Ceci afin de réduire les coûts de l’électricité.

Dans son rapport du baromètre des aliments 2013, PACSA recommande au gouvernement national d’axer ses politiques publiques sur cinq domaines :
- veiller à ce que les aliments de base soient abordables ;
- lutter contre la pauvreté des revenus en développant des emplois ;
- soutenir les petits agriculteurs à accroître la production agricole qui fournit de la nourriture saine et nutritive et qui est abordable et cultivée localement
- faciliter les interventions immédiates pour les ménages qui souffrent de la faim.





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr