7 décembre 2015  Actualités

Nations Unies

Les droits humains des dalits au Népal

Le 4 novembre dernier, les Nations Unies ont analysé la façon comment le Népal a mis en œuvre les traités des Nations en matière de droits humains auxquels le pays a souscrit.

JPEG

© J.Carlsen, IDSN

Des questions liées à la discrimination des dalits et à l’intouchabilité y ont été abordées, dans la mesure où elles ont un impact négatif sur la vie sociale, économique et politique de la communauté des dalits. Malgré de nombreuses promesses des gouvernements népalais, les dalits ne jouissent toujours pas de leurs droits humains fondamentaux, en particulier à cause de mécanismes étatiques inefficaces, de ressources insuffisantes et d’un manque de détermination de la part des autorités.

Dans la mesure où la nouvelle Constitution a été adoptée le 20 septembre dernier, les Nations Unies veilleront également à ce que les clauses qui garantissent la non-discrimination, l’égalité et l’inclusion proportionnelle des minorités soient appliquées de façon correcte.

Les principales préoccupations des organisations dalits

Pour préparer cette revue universelle périodique (UPR) du Népal, une coalition d’organisations dalits du Népal avait dressé un inventaire des principales préoccupations en matière de droits humains, en collaboration avec la plateforme internationale IDSN (Réseau international de solidarité dalit). Parmi les thèmes abordés du document transmis aux Nations Unies, on peut lire en particulier le droit à la participation et représentation politiques, inscrit dans la nouvelle constitution, mais qui reste à être traduit en pratique dans la mesure où la représentation des dalits dans les assemblées politiques n’atteint que 7% et celle dans les services gouvernementaux même pas 2%, alors que les dalits constituent une minorité d’environ 13,6% de la population totale du pays.

Les dalits constituent une des communautés les plus pauvres de la nation, que ce soit en termes de revenus, de consommation ou de développement humain. 42% d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté, alors que la moyenne nationale se situe à 25,2%.

La majorité des dalits n’est pas scolarisée, et seules quelques personnes ont suivi une éducation supérieure.

Après le dernier tremblement de terre (avril 2015), les dalits ont reçu moins d’aide humanitaire que les castes plus élevées, alors qu’ils étaient particulièrement touchés par le séisme.

Les recommandations envers les Nations Unies

Pour les organisations dalits, il est primordial que le gouvernement du Népal prenne les mesures nécessaires pour transformer en lois et appliquer les mesures inscrites dans la nouvelle Constitution : représentation politique proportionnelle, plan d’action national pour éliminer la discrimination basée sur la caste, renforcer les mesures pénales en cas d’actes d’intouchabilité, etc.

Une attention particulière est exigée de la part du gouvernement népalais face aux multiples formes de discrimination dont souffrent les femmes dalits ; les organisations de la société civile exigent notamment des campagnes de sensibilisation, une meilleure éducation et des budgets appropriés.

Pour améliorer la situation socio-économique des dalits, ces organisations dalits demandent d’améliorer la qualité de l’éducation – en ville et dans les régions rurales –, l’octroi de bourses d’études et une politique de distribution de terres aux dalits sans-terre.

Enfin, un meilleur accès à la justice, à l’aide humanitaire et aux organisations des Nations Unies fait également partie des recommandations transmises à Genève.

Lors de la session du 4 novembre, ces préoccupations et bon nombre d’autres sujets ont été présentés, tout en soulignant également des acquis positifs tels que l’adoption de la nouvelle Constitution, la stratégie nationale et le Plan d’action pour le renforcement du pouvoir des femmes et les progrès en matière d’élimination de la pauvreté.

La session s’est terminée avec les recommandations envers le gouvernement népalais, dont le rapport final est préparé par le Groupe de Travail UPR – Népal.

Source : IDSN
Traduction française dalits.be





Articles en rapport

15 juin 2017

En Inde, « intouchable » rime avec « inacceptable »…

L’Inde est souvent présentée comme un nouveau miracle économique des temps modernes, pur produit d’un capitalisme conquérant et porteur de (...)
2 février 2017

Nouvelles d’Inde

Nicolas Casale, chargé de projets Asie, est actuellement en mission en Inde, où il rencontre nos différents partenaires. Il s’est arrêté quelques jours au CSEI (...)
21 décembre 2016

Discrimination reconnu

L’Eglise indienne reconnaît que les dalits chrétiens sont discriminés

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr