logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

11 décembre 2015  Actualités

COP 21

Le pouvoir de transformation

Lien entre écologie et religion

La session ’Écologie et Spiritualité’ organisée le 11 décembre, par la CIDSE en marge des travaux des négociations de la COP 21 à Paris s’est focalisée sur l’Encyclique ’Laudato Sì’.

Parmi les conférenciers : sœur Cécile Renouard (France), Rigobert Minani (RDC), Ivo Poletto (Brésil), Narumon Pisoonsittikun (Thailande) et Lorna Gold (Irlande).
La solution aux défis du changement climatique viendra surtout à partir d’un changement de valeurs et de système. Le rôle de la spiritualité dans ce changement est important. Les valeurs de la fraternité et du bien commun sont intimement liés à la spiritualité. Comment la spiritualité peut accompagner le processus de transformation du système pour un environnement de qualité et pour la justice climatique ?
L’écologie, en tant que science de protection de la nature, semble être distante de la religion. Mais les deux partagent la même source/racine : le mot religion vient du verbe relier : l’écologie relie l’homme et les êtres humains à la nature. La religion peut être une force formidable pour le bien. Malheureusement elle peut aussi être une force pour le pire, comme nous l’avons vu dernièrement avec les attaques terroristes. La religion peut soutenir non pas seulement le changement individuel vers le bien, mais aussi celui systématique pour le bien commun. Sans changement individuel il n’y aura pas de transformation du système. Faire la connexion entre tête, cœur et main, comme le disait une conférencière thaïlandaise. Souvent cette connexion est absente. On connaît les chiffres et les faits du changement climatique mais nous n’arrivons pas à agir en reliant ces chiffres/faits au cœur pour nourrir la motivation, la militance pour un monde plus juste et des objectifs écologiques ambitieux. Nous avons tous besoin de spiritualité pour entretenir la motivation et ne pas perdre l’espoir devant les défis énormes auxquels nous devons faire face.
Laudato Sì nous montre que la crise écologique actuelle vient d’une déconnexion (ou une relation injuste) entre homme et nature. On peut rétablir cette connexion avec une spiritualité profonde et active. Les rituels religieux peuvent aussi aider à faire cette connexion. Des exemples en Thaïlande et en RDC nous ont été données pendant la conférence.
Nous devons tous nous questionner sur notre forme de vivre notre foi. Un conférencier brésilien nous a parlé du ’buen vivir’, le bien vivre en harmonie avec la nature, avec la Terre Mère. Une façon de vivre qui respecte la terre et qui fait le lien entre raison et nature, entre logique et spiritualité, entre corps et âme. La relation harmonieuse avec la terre fait partie de la foi. C’est notre engagement, comme l’écrit Pape François, pour la protection de notre maison commune, la Terre.





Articles en rapport

21 novembre 2017    Climat

Après la “COP23 des petits pas”

la Belgique doit enfiler ses bottes de 7 lieues
Communiqué de presse au nom des organisations de la Plateforme Justice Climatique présentes à Bonn
24 novembre 2016

Le diocèse de Liège à l’heure de la transition

Retour sur la soirée « Laudato Si’ et après ? »
L’encyclique Laudato Si’ du Pape François est pour beaucoup un déclencheur qui ne cesse de mobiliser les chrétiens et beaucoup (...)
16 juin 2016

Change for the planet-care for the peolpe

Un an après Laudato Si’
Un an après l’encyclique Laudato Si’, la CIDSE revient sur l’impact que celle-ci a eu au niveau politique et lance une série d’interviews vidéo de personnalités (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr