17 juin 2014  Actualités

LA VIE EST PLUS FORTE QUE LA MORT

Mojoca - Guatemala

Extrait de l’analyse de Gérard Lutte sur la mondialisation : « La bourse ou la vie ! » Les multinationales au Guatemala

Les enfants et les jeunes de la rue ne sont pas seulement la métaphore de l’humanité sans droit dans l’économie mondiale, ils sont aussi la préfiguration d’un monde différent qu’on peut construire. En fait, ce sont des rebelles et ils n’acceptent pas l’injustice : ne pas se mettre à genoux devant le pouvoir. Ils sont libres et ils veulent réaliser leurs rêves. Ce sont des gens qui survivent dans des communautés solidaires où l’on vit avec peu, où on ne donne pas d’importance aux biens matériels.
Au Guatemala, comme nous l’avons vu, les communautés indigènes résistent aux nouveaux envahisseurs. Il y a beaucoup de personnes, d’associations, de communautés mayas, catholiques et évangéliques qui n’acceptent pas la politique du gouvernement, des entreprises, des narcotrafiquants et des pays prédateurs. Ils essaient de créer une vie différente, d’amitié, de partage, d’économie solidaire, de respect pour la Terre Mère.

Parfois, nous sommes tentés de limiter notre attention sur les aspects négatifs, sur les maux qui affligent l’humanité et nous risquons de perdre courage et de nous sentir impuissants. Mais si nous nous rendons compte que nous sommes des dizaines de milliers d’associations, de communautés, de mouvements à travers le monde entier, y compris aux États-Unis, à la recherche d’une vie alternative au projet de mort du système dominant, nous reprenons courage et nous nous engageons pour le changement.

Trouvez le texte complet ici en PDF

La bourse ou la vie !
PDF - 392.4 ko
La bourse ou la vie !
Les Multinationales au GUATEMALA
par Gérard Lutte
TéléchargerConsulter





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr