Iligan, Lanao del Norte

KILOS KA

Kilusang Maralita sa Kanayunan

Mouvement de la population rurale pauvre – donner voix aux organisations paysannes de base

PNG Le déclin du mouvement paysan Philippin au niveau national a privé les communautés rurales de Mindanao d’une représentation dans des instances nationales et régionales pour faire entendre leurs voix. La population rurale pauvre de Mindanao s’estime ainsi marginalisée non seulement dans les instances du gouvernement mais même au sein des organisations de la société civile lors d’événements nationaux et internationaux.
C’est pourquoi en 2007, pour répondre à la demande des organisations paysannes d’avoir une plateforme où ils peuvent coordonner leurs efforts, en particulier dans la campagne sur l’amélioration du régime foncier, le mouvement KILOS KA a été créé. Il s’est alors formé en tant que réseau de souveraineté alimentaire des trois communautés présentes sur l’île de Mindanao – les Lumads, les musulmans et les chrétiens –, sous le nom de Tripeople Sovereignty Network (TFSN). Au cours du Congrès du mouvement en 2010, le nom a été changé en Mindanao Tripeople Rural Poor Movement (MTPRM), avant d’acquérir le nom actuel, KILOS KA, qui signifie Mouvement de la population rurale pauvre.
La formation du mouvement a été appuyée par les organisations de base sur toute l’île de Mindanao, afin de répondre aux menaces globales qui pèsent sur la population rurale. Ces menaces incluent : l’accaparement des terres par des entreprises ; l’exploitation minière et l’exploitation forestière sans discernement ; la privatisation des ressources communes telles que la terre, l’eau et l’énergie ; la conversion des bassins de production alimentaire et la lenteur de la réforme agraire.
KILOS KA appuie les actions collectives de la population rurale pauvre en faveur de la propriété foncière et de la protection de l’environnement, du renforcement de la société civile pour faire avancer les droits démocratiques, du contrôle et de la gestion des moyens de production nécessaires pour combattre la pauvreté et la faim.
KILOS KA travaille également sur les questions suivantes :
-  la sécurité d’occupation pour les petits agriculteurs et les pêcheurs, par la mise en œuvre de la suite du programme de la réforme agraire qui s’est terminée en 2014, par l’attribution de zones de pêche et d’habitations aux pêcheurs, et par des réponses positives aux revendications des communautés moros et lumads concernant leurs terres ancestrales ;
-  les questions environnementales, comme l’exploitation minière et l’exploitation forestière aveugles, la dégradation des côtes et les politiques environnementales et économiques néfastes pour les communautés rurales ;
-  la protection des sites de production d’aliments de base contre l’accaparement des terres par les entreprises et la privatisation des eaux communautaires ;
-  la construction d’alliances et le renforcement de ses organisations provinciales.
PNG Le développement du mouvement a été accompagné par SUMPAY, partenaire également d’Entraide et Fraternité. Actuellement, 39 organisations de toute l’île de Mindanao adhèrent au mouvement KILOS KA. Parmi ses membres se trouvent les différents partenaires d’Entraide et Fraternité aux Philippines.
Des actions communes de plaidoyer peuvent ainsi être menées vis- à vis du gouvernement local et national pour la mise en œuvre la réforme agraire et la promotion de la souveraineté alimentaire.

kilusangmaralita.blogspot.be





Avec le soutien de


Articles en rapport

5 avril 2017  Semaine 5

Mercredi 5 avril

Je signe la pétition "Renforcer-les-droits-humains-des-paysan-ne-s"
Le modèle agroalimentaire mondial pose question depuis un certain nombre d’années (disparition des exploitations agricoles et de (...)

30 mars 2017  Histoires à la une

Semer le futur

Quand les organisations paysannes locales ramènent les paysans haïtiens à leurs terres et les aident à en vivre dignement grâce à l’agroécologie et l’économie solidaire.
Le personnage principal de ce (...)

17 mars 2016  Echos des activités

Rencontre Nord/Sud entre agriculteurs

Quand un cultivateur de Magadascar rencontre un confrère belge, cela donne un beau moment de partage. L’idée vient de l’ONG Entraide et Fraternité qui, chaque année, invite un agriculteur du sud. Ce (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr