Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
RSS

Guy Grodent

Journée festive

Le dimanche 11 août, grande journée festive dans l’Assentamento Serra Dourada (village de petits paysans qui viennent d’obtenir quelques hectares de terre).

Nous y rencontrons les familles de l’Assentamento, les membres de la CPT (Commission pastorale de la terre) de la Coopérative et du Diocèse, qui nous ont accueillis depuis notre arrivée.

Naturellement, nous commençons dès le matin par une eucharistie célébrée par Dom Eugène dans une petite chapelle joliment restaurée. Témoignage émouvant de Zézinho qui a lutté longuement pour obtenir une terre. Son ami a été torturé et lui a été jeté 28 jours en prison. Il nous raconte en pleurant le soutien de ses codétenus et de sa famille. Il a vécu un certain temps dans la clandestinité. Aujourd’hui, il s’en sort, il a sa terre... grâce à Dieu.

Sa fille Jessica qui revient des JMJ à Rio, nous partage aussi avec beaucoup d’émotion sa découverte de l’amour intergénérationnel et universel. Devant ces pauvres, nous nous sentons tout petits.

La journée se poursuit à l’ombre de grands manguiers où une centaine de voisins et d’animateurs, coordinateurs et responsables ruraux sont attablés. Des maisons voisines sortent de grandes casseroles de riz, feijâo (fèves), poulet, salades...repas typique, délicieux et convivial. Evidemment les guitares et les chants nous accompagnent en permanence.

Nous admirons la polyvalence de ces hommes politiques au regard pétillant qui passent du discours engagé aux chants folkloriques ou aux danses populaires toujours avec la même aisance. La plupart des chants parlent de la lutte des petits pour la terre et de la beauté de leur pays.

Les Belges ne sont pas en reste avec leurs chansons françaises et populaires. Nous leur apprenons même à danser la gigue et la maclotte sur une piste empoussiérée et pleine de racines.

Sans comprendre toutes les paroles, nous nous sentons néanmoins en communion avec ce peuple en lutte. En dégustant une bonne bière bien fraîche, je me sens « chez moi, chez eux ». C’est magique !

par Guy Grodent





A lire aussi