Jour 8 et 9

Le voyage continue, les prises de conscience débutent. Voici la suite des péripéties des élèves de St Quirin en Afrique du Sud.

Jour 8 : Dimanche, jour du Seigneur.
Aujourd’hui, le réveil est un peu difficile à 6h30. Nous emportons nos breakfastpackets dans les camionnettes. C’est avec désespoir, pour certains, que nous découvrons leur contenu : une pomme, une banane , un jus, un yahourt (sans cuillère) et 2 sandwichs peuplés de cheveux et d’aliments non identifiés.

Après 15 minutes de route, nous arrivons à la cathédrale Emmanuel de Durban. Nous débutons par une visite du centre Denis Hurley, un prêtre qui fit beaucoup lors du combat contre l’apartheid. Dans ce lieu, les sans abris de Durban trouvent un refuge et du soutien (nourriture, vêtements, aide pour la réalisation d’un CV, etc. ).

7h45, nous pénétrons dans le cathédrale pour y assister à la cérémonie en anglais (2 autres messes suivront, l’une en zulu et l’autre en plusieurs langues). La musique nous surprend, un véritable orchestre accompagné d’une chorale se trouve au balcon, derrière nous près de l’orgue. La messe débute, une cérémonie rythmée par les chants et les lectures. A la fin de la messe, nous chantons, face à cette assemblée de plus de 500 personnes, la chanson que nous préparons depuis quelques jours.

La messe se clôture après 2h de cérémonie et nous nous divisons en deux groupes. Le premier est présenté aux jeunes de la paroisse parmi lesquels se trouvent quelques congolais et burundais. Quel plaisir d’échanger en français, tandis que nos guides du jour nous amènent dans un marché ! Le second groupe se dirige vers les cuisines pour couper des légumes et préparer une salle afin de préparer un repas pour les sans abris.

Après une bonne heure, les deux groupes se réunissent, un surprise nous attend. A côté de la cathédrale et du centre se trouve la plus grande mosquée d’Afrique du Sud et nos hôtes nous proposent de nous la faire visiter !

Grande première pour nous tous ! Un guide nous rejoint et nous invite à retirer nos chaussures. Il nous ouvre la porte et nous y entrons. Surprenant ! La visite est riche et nous en apprenons plus sur les rituels de cette religion musulmane (la purification par l’eau, le temps des prières, la prière, etc. ). Sur un message de tolérance, notre guide nous laisse afin que nous puissions retourner au centre, sous une drache nationale, avec un sentiment d’être privilégiés par ce moment hors du temps.

Les groupes se séparent à nouveau, le second se rend au marché Victoria Street tandis que le premier se dirige vers les cuisines pour servir les repas préparés plus tôt . Avec du recul, il était bien puéril de critiquer nos repas du matin. Nous devons prendre conscience de notre chance.Nous partons ensuite le long de la plage afin d’y dîner (des pizzas !). L’océan indien est mouvementé et étonnamment froid, comme cette pluie qui ne cesse de tomber.

L’après-midi, nous devions visiter la ville de Durban mais il pleut énormément et notre hôte du jour nous fait une proposition à laquelle nous ne pensions pas une seconde. A quelques centaines de mètres va se dérouler un 1/4 de finale de la coupe d’Afrique du Sud de football : les célèbres kayzer Chief, grands favoris, face aux Free State Stars.

Nous nous rendons vers le stade magnifique de 80 000 places, construit à l’occasion de la coupe du monde en Afrique du Sud. Il n’est pas rempli mais un bruit ahurissant y est présent : des vuvuzellas par dizaines !Le match est plein de rebondissements et se termine, après les prolongations, sur un score de 2 partout. Arrive alors la fatidique séance des penalties avec la victoire des Free State Stars 5 à 6 ! C’est dans une désorganisation totale que nous arrivons tant bien que mal à quitter le parking bondé de voitures plus bruyantes les unes que les autres. Retour au bercail, demain nous rencontrons les représentants d’une association très militante !

JPEG - 614.6 ko
TéléchargerConsulter

Jour 9 : rencontre des membres de l’association Abahlali
Aujourd’hui, nous sommes tous fatigués car l’anglais, à la longue, est plutôt épuisant. Nous partons pourtant pour une dernière journée "intellectuelle", à la rencontre des membres de l’association Abahlali pour qu’ils nous expliquent qui ils sont et quelles sont leurs actions.

Après avoir regardé les nombreux petits singes présents sur le parking du glenmore pastoral centre, nous montons dans les camionnettes à la découverte de Durban. Pour nous dégourdir les jambes, nous commençons par une petite marche dans le centre ville afin d’y sentir l’effervescence des rues commerçantes et de voir le magnifique hôtel de ville datant de l’époque coloniale. En montant les marches, nous tombons nez à nez avec un ENORME escargot de la taille de la main de Hugo !

Après cette petite visite guidée par Claude (chargé de projet chez Entraide et Fraternité) sous un soleil de plomb (ENFIN !), nous arrivons aux bureaux d’Abalhali situés au 5ème étage d’un énorme building. Nous voilà partis pour 2 heures d’explications intensives sur le pourquoi du comment de leur action militante. Ils nous racontent ainsi pourquoi ils se battent avec force et conviction pour les droits élémentaires des habitants des bidonvilles et pour une meilleure considération des femmes dans la société. Il est alors l’heure de manger et nous nous rendons dans un énorme fast-food de poulet ... délicieux !

Accompagnés par les membres de Abahlali, nous nous rendons ensuite dans l’un des bidonvilles de Durban. Sur place, les habitants sont dans un premier temps réservés puis nous proposent d’échanger. Nous en apprenons alors plus sur leur vie dans ces logements de fortune, de leur combat pour se raccorder (illégalement) à l’électricité, des problèmes du chômage et des drogues et bien d’autres choses encore. Une visite guidée des lieux s’improvise ensuite et nous découvrons avec effroi leurs conditions précaires. Le temps file et nous devons les quitter sous des regards chaleureux et avec de franches poignées de main.

Sur le chemin du retour, nous décidons de faire un arrêt rapide dans un mall, une espèce d’énorme supermarché, pour y effectuer nos petits achats (bien que ce ne soit pas la tasse de thé de Claude qui se réjouissait de repartir au plus vite :-) ). Là, Mme Brasseur et Mme Raskin dévalisent littéralement un petit stand d’animaux en perles en prévoyant déjà leurs achats de Noël !

Nous sommes de retour un glenmore pastoral centre où nous attendent deux dames de l’ong Children right’s centre. C’est reparti pour une bonne dose d’anglais sur les droits (mais également des devoirs) des enfants. Nous discutons longuement et ne manquons pas de comparer la situation dans nos pays respectifs. Les sujets sont multiples : les droits élémentaires, les problèmes rencontrés par les enfants en Afrique du Sud, les adolescentes enceintes (13 ans en moyenne !), les drogues, l’alcool, le sida, l’éducation, etc.
Après cette réunion très intéressante, il est l’heure de passer à table. Nous nous dirigeons vers la cantine et pensant manger notre habituel bœuf à la sauce brune épicée mais SURPRISE, c’est du poisson ... bonheur !

Après ce délicieux repas, nous allons dans nos chambres discuter et préparer nos valises car demain nous quitterons Durban pour le Drakensberg !

JPEG - 900.5 ko




Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr