Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
RSS

Semaine 6 - Semaine sainte

Du pain, du vin et des roses

Des mains tendues vers du pain rompu, du vin... et des roses répandues sur la nappe.

S’agit-il du repas avec les disciples d’Emmaüs, comme le laissent penser les plaies sur les mains ? Ou bien d’un repas d’aujourd’hui, avec ce verre de vin qui n’a rien d’antique ? Ou d’un repas deux fois millénaire et chaque jour recommencé ?

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et la vie en abondance » (Jn 10, 10), c’est ce que semble nous dire ce dessin. Le pain et le vin, « fruits de la terre du travail des hommes » - et des femmes ! - , pour peu qu’ils aient, ces hommes et ces femmes, une terre à cultiver et des droits pour vivre dignement.

Le vin pour la fête, pour l’amitié, et les roses pour la beauté, la poésie, l’amour sans lesquels la vie n’est que survie.

La nourriture en suffisance, la joie profonde de se sentir appartenir à une communauté, d’aimer et d’être aimé, la possibilité de jouir de la beauté et d’en créer soi-même, la vie. Cela devrait être permis à tout homme, toute femme, tout enfant. Et pourtant…

« Du pain et des roses, pour changer les choses... ! », c’était le slogan de la première Marche des Femmes, au Québec en 1995. Les femmes… on dit qu’elles font tourner le monde. Dans les pays du Sud, elles cultivent la terre, vont chercher l’eau, éduquent les enfants, les nourrissent vaille que vaille, au besoin en se privant. Quand elles n’en peuvent plus, elles manifestent, avec ou sans casseroles, pour la justice, contre l’arbitraire, pour pouvoir vivre, tout simplement. Au Nord aussi, elles luttent sans cesse pour le respect et la dignité, pour leurs droits.

Par les mains tendues vers le pain, le vin et les roses, ce dessin nous suggère que le Christ s’invite au cœur de nos joies, de nos fêtes, mais aussi de nos luttes, nos tourments, nos calvaires. Ses mains transpercées rappellent la souffrance qu’il a lui aussi endurée.

En le sachant à nos côtés, à chaque instant, luttant, riant ou souffrant avec nous, pain partagé et redonné chaque jour, continuons donc notre chemin jusqu’à Pâques et au-delà, en n’oubliant pas de partager ce pain, au propre comme au figuré. Jésus n’a-t-il pas dit, devant la multitude rassemblée et affamée : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » ?

Retrouverez cette image ainsi que le commentaire radio sur le site de RCF-Bruxelles.