Contexte du pays

Renforcement des expériences d’économie communautaire et paysanne au Sud-ouest du Guatemala.

L’un des nombreux défis du Guatemala consiste à réduire l’extrême pauvreté et à combattre les inégalités et l’exclusion sociale. Pour aller dans cette direction, le pays a besoin de règles efficaces et d’une classe politique disposée à consolider l’État de droit, avec une attention au bien-être de ses citoyens et notamment les peuples indigènes.
Dans cette optique, les partenaires d’Entraide & Fraternité (Cooperación Para El Desarrollo Rural De Occidente – CDRO Servicios Jurídicos Y Sociales – SERJUS Asociación Red Kuchub’al De Comercio Equitativo Y Solidario – RK), proposent un ensemble d’actions qui permettent à la fois de lutter contre la pauvreté, de promouvoir les droits des peuples indigènes et de construire des alternatives durables pour l’avenir des familles paysannes.
Le but du nouveau programme est de renforcer les capacités des leaders et des producteurs de 36 organisations communautaires en favorisant leur participation comme acteurs de l’économie paysanne, et en optimisant les ressources locales.
Dans 5 départements de la région du Sud-ouest (Quetzaltenango, San Marcos, Totonicapán, Quiché, Retalhuleu), près de 500 familles (membres de ces 36 communautés et associations indigènes et paysannes) seront appuyées à travers la mise en place d’activités agricoles, la diversification d’activités génératrices de revenus ainsi que la promotion de la participation citoyenne et du travail en réseaux. Les pouvoirs publics seront interpellés pour adopter des politiques garantissant le développement de l’agriculture familiale et de la sécurité alimentaire. Le programme accordera également une place particulière à l’application des critères de genre.
Les familles bénéficiaires, grâce à l’action des promoteurs, vont mettre en oeuvre des systèmes de production agroécologique qui augmentent la diversification productive et l’incorporent au régime alimentaire. Elles vont aussi générer des emplois grâce à 23 initiatives socioéconomiques agricoles et non agricoles. Enfin, 60 leaders de 20 organisations vont acquérir des compétences en plaidoyer en vue d’améliorer la gestion des ressources municipales au profit de l’agriculture durable.





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr