3 juin 2013  Actualités

Nouveau rapport « À qui profite l’Alliance ? »

Communiqué de presse de la CIDSE

Le G8 et l’émergence d’un régime d’entreprise mondial pour l’agriculture

Les plans d’investissements d’entreprise impulsés par le G8 menacent la sécurité alimentaire de l’Afrique – Présentation du rapport « À qui profite l’Alliance ? » avec des organisations africaines de producteurs

Bruxelles, le 3 juin 2013
Un nouveau rapport intitulé « À qui profite l’Alliance ? » critique vivement la « Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique » mise en place par le G8 au motif qu’elle ignore les droits de l’homme et les causes fondamentales de la faim dans le monde et qu’elle s’en tient à une perspective de marché pour apporter des solutions. Ce rapport publié par la CIDSE, une alliance internationale d’agences de développement catholiques et l’Alliance œcuménique « Agir ensemble » (EAA) sera présenté à Bruxelles, le 4 juin, dans le cadre d’un panel de discussion.

« Je me félicite de ce que la sécurité alimentaire figure parmi les principaux points à l’ordre du jour du G8. Je constate néanmoins que la Nouvelle Alliance résume la faim à un problème de production insuffisante, sans tenir compte des nombreux facteurs à l’origine de la situation africaine. Elle ignore dans une large mesure les problèmes d’accès et de distribution », ajoute Bernd Nilles, Secrétaire général de la CIDSE.
La Nouvelle Alliance incite les pays africains participants à modifier leur législation, eu égard surtout au régime foncier et aux semences, deux domaines qui intéressent particulièrement les entreprises en quête d’investissements.
D’après le rapport, la Nouvelle Alliance du G8 accorde une place trop importante aux marchés dans sa stratégie de sécurité alimentaire. « La vision promue par la Nouvelle Alliance sous-estime largement le rôle des petits producteurs agricoles dans la sécurité alimentaire et la durabilité environnementale de l’Afrique ; elle ne se préoccupe d’eux que lorsqu’il s’agit de les intégrer dans les marchés », déclare Gisele Henriques, chargée de mission pour la politique alimentaire à la CIDSE, qui présidera le panel.
Le rapport exhorte le G8 à mettre les communautés plutôt que les entreprises au cœur de son dispositif de sécurité alimentaire.
« La petite agriculture familiale nourrit 80% de la population africaine sans aucun subside ; les investissements devraient aider ces petits exploitants à continuer de nourrir l’Afrique dans la dignité, sans hypothéquer la capacité du continent à couvrir un jour l’ensemble de ses besoins alimentaires », dit Peter Prove, Directeur exécutif de l’Alliance œcuménique « Agir ensemble ».
Le débat en panel se tiendra à Bruxelles, aux côtés de Mamadou Goita (IRPAD/ROPPA), principal intervenant ainsi que d’autres représentants d’organisations paysannes africaines qui exposeront les sentiments que leur inspire la Nouvelle Alliance et formuleront desrecommandations quant aux types d’investissements qu’ils souhaiteraient voir dans l’agriculture afin d’éradiquer la faim sur le continent africain.

Contacts :

Markus Drake responsable médias et communication à la CIDSE
drake@cidse.org +32 (0)2 282 40 73

Gisele Henriques chargée de mission pour la politique alimentaire à la CIDSE
henriques@cidse.org +32 (0)2 233 37 54

PNG - 15.4 ko

Remarques à MM. les rédacteurs

- La CIDSE est une alliance internationale d’agences de développement catholiques. Ses membres s’efforcent d’éradiquer la pauvreté et d’instaurer la justice dans le monde selon une stratégie qui leur est commune. www.cidse.org
- Membres de la CIDSE : Broederlijk Delen (Belgique), CAFOD (Angleterre et Pays de Galle), CCFD - Terre Solidaire (France), Center of Concern (USA), Cordaid (Pays-Bas), Développement et Paix (Canada), Entraide et Fraternité (Belgique), eRko Slovaquie), Fastenopfer – Carême de partage (Suisse), FEC (Portugal), FOCSIV (Italie), Fondation Bridderlech Deelen (Luxembourg), KOO (Autriche), Manos Unidas (Espagne), MISEREOR (Allemagne), SCIAF (Écosse), Trócaire (Irlande)
- L’Alliance œcuménique « Agir ensemble » (EAA) est un réseau international d’églises et d’organisations confessionnelles vouées à faire campagne ensemble sur des questions d’intérêt commun. Les membres de l’Alliance représentent des dizaines de millions de chrétiens du monde entier (traditions catholique romaine, protestante, évangélique et orthodoxe) qui partagent la conviction que le plaidoyer contre les structures et pratiques injustes ne devrait pas être une tâche à entreprendre lorsque cela nous convient, mais bien une condition fondamentale de la mise en pratique de notre foi.
- L’EAA regroupe de grandes organisations internationales, telles que Caritas Internationalis, le YWCA mondial et la Fédération luthérienne mondiale, ainsi que de grandes et petites organisations nationales, telles que le Madras Christian Council of Social Services (Inde), la Mission évangélique luthérienne finlandaise, Tearfund (Royaume-Uni) et le Presbyterian World Service and Development (Canada). Liste complète : e-alliance.ch / members

- À qui profite l’Alliance ? Le G8 et l’émergence d’un régime d’entreprise mondial pour l’agriculture, recommandations de la CIDSE et de l’Alliance œcuménique « Agir ensemble », mai 2013. Disponible également en anglais et en espagnol.

La CIDSE et l’EAA exhortent les pays du G8 à respecter leurs engagements en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, en délaissant la priorité accordée aux entreprises pour agir en faveur des populations. Les recommandations clés à cet effet sont détaillées dans le document ; elles incluent de :
- veiller à ce que les politiques consacrent résolument le droit à une alimentation adéquate et à garantir la cohérence de la gouvernance mondiale, en accordant une place centrale au Comité de la sécurité alimentaire mondiale des Nations unies,- faciliter la transition vers une agriculture durable réelle, par le soutien aux modèles de production agroécologiques et aux marchés locaux, en leur qualité de principale voie permettant d’atteindre le développement économique, et - orienter le soutien vers les producteurs d’aliments à petite échelle – notamment les femmes – et garantir a) leur autonomisation et b) leur accès aux ressources productives et leur contrôle.

Lire le rapport

- Le panel se tiendra le 4 juin de 18h30 à 20h30 à Mundo B, rue d’Édimbourg 26, 1050 Bruxelles (près de la Porte de Namur). Cet événement est co-organisé par la CIDSE, Misereor et europAfrique. Un service d’interprétation en français et en anglais est prévu.
- Une légère collation sera servie. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un courriel à : demeo@terranuova.org ou accardo@terranuova.org

À qui profite l’Alliance ? PDF
PDF - 1.6 Mo
À qui profite l’Alliance ? PDF
TéléchargerConsulter




Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr