Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
23 septembre 2014  Actualités

Cap’Terre à Meiz

Formation de personnes les plus éloignées de l’emploi : maraîchage bio, horticulture entretien de parcs et jardin.

Si lors de votre prochain souper, vous servez à vos invités de la potée aux « Crompîrs du Soyen », vos amis se demanderont sans doute quel mets exotique ils s’apprêtent à déguster … Rien de bien original pourtant, il s’agit juste de pommes de terres. Mais attention pas n’importe lesquelles !

Produites au lieu-dit « Le Soyen », dans le petit village de Meiz entre Stavelot et Malmedy, les « crompîrs » en question, outre le fait qu’elles sont bio, sont aussi le fruit de la première récolte de l’asbl Cap’Terre, un centre d’insertion socio-professionnelle lancé en 2010.

Parmi les missions de cette association, la formation de personnes en décrochage social dans le domaine du maraîchage bio, de l’horticulture et de l’entretien de parcs et jardin.

Chômeur de longue durée, prisonnier en réinsertion, personnalité fragile et personnes précarisées… les stagiaires vont recevoir ici une formation technique et un accompagnement social visant à leur remettre le pied à l’étrier.
Sur un domaine de 3 hectares, encadrés, entre autres, par un ingénieur agronome, ils vont s’initier aux joies du maraîchage, mais aussi à la rudesse de ce métier, en particulier quand il est exercé sur ce sol et avec ce climat ardennais peu généreux.

Cap’Terre, vient combler dans la région un manque criant en termes d’offre de formation « pré-qualifiante », c’est-à-dire de celles qui s’adressent aux personnes les plus éloignées de l’emploi. L’association répond aussi à une demande réelle des consommateurs pour des produits locaux commercialisée en circuits courts. Ainsi s’ajouteront bientôt aux « crompîrs », des djôtes (choux) et des porês (poreaux), disponibles en paniers, livrés en différents endroits de la région…et l’association projette d’associer à ce service de commercialisation d’autres producteurs bio locaux.
D’ailleurs, à ce rayon, ce ne sont visiblement pas les partenariats qui manqueront à Cap’Terre : ces sont des agriculteurs locaux qui ont mis certaines machines à disposition du projet et qui ont apportés du fumier pour enrichir la terre ; ce sont des entrepreneurs locaux qui se sont déclarés prêts à accueillir chez eux des stagiaire en formation, pour une première expérience professionnelle particulièrement importante.

Souhaitons bon vent à cette initiative dynamique qui en quatre années de lancement a déjà dû batailler ferme contre de nombreux obstacles pour se mettre sur pied : lièvres, chevreuils, sangliers, … et contraintes administratives !

Si vous le souhaitez, vous pouvez encore commander vos « crompîrs » (par paquet de 25 kg).
Avec 40 tonnes de récoltées cette année, il y en aura pour tout le monde !
Info et commande : www.capterre.be

Trouvez encore plus de photos sur notre page FlickR.





Lire aussi

19 juin 2020    Lettres, déclarations, communiqués    Communiqué de presse

Accord UE-Mercosur : tous les feux sont au rouge

Ce 16 juin, la Commission européenne a lancé une vaste consultation publique consacrée à la politique commerciale commune de l’Union européenne (UE) fortement (...)
8 juin 2020    Analyses

Accord de libre-échange : une marche à (pour)suivre ?

par Hélène Capocci
Cette analyse départage le vrai du faux sur différents aspects ou actualités des accords de libre-échange.
5 mai 2020    Analyses

Aux Philippines, le Covid-19 n’arrête pas les luttes paysannes

par Quentin Minsier et Hélène Capocci
Pour les partenaires philippins d’Entraide et Fraternité, les difficultés liées à la pandémie s’ajoutent à un contexte politique de (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr