Bihar

CSEI

Un enseignement de qualité ouvert à tous

Face aux exclusions dont souffrent les enfants dalits, Satya Kumar propose un enseignement inclusif.

De quoi s’agit-il ?

« Même si l’Etat a créé des internats et des écoles pour des jeunes dalits et adivasis (tribus indiennes), le système scolaire contribue encore à exclure ces jeunes car il ne les prépare pas correctement à leur vie d’adulte et au marché de l’emploi », nous dit ce jeune directeur du Centre pour l’égalité et l’inclusion sociale (CSEI) à Patna.

JPEG - 49.6 ko
Conditions rudimentaires pour ce jeune dans l’internat de Chakai

En effet, les bâtiments et l’encadrement des étudiants laissent souvent à désirer et ne facilitent pas les études : dans les internats pour étudiants du supérieur, la cuisine est parfois transformée en garage pour les vélos, la salle d’étude en dortoir pour 8 étudiants, et les sanitaires se limitent à des toilettes sans eau au fond du terrain. Pour les directeurs, la cérémonie annuelle du drapeau est souvent la seule occasion de se rendre dans les internats. Quant à l’école résidentielle près de Chakai au sud-est du Bihar, elle n’est même pas raccordée au courant électrique – dont les câbles passent juste devant l’école – et ne dispose que de 4 professeurs pour 160 étudiants du secondaire (6e à 10e classe).

JPEG - 58.8 ko

L’équipe du CSEI se bat sur deux fronts. D’un côté, ils interpellent les autorités pour améliorer la situation dans les écoles publiques. De l’autre, ils encouragent et soutiennent les jeunes des milieux défavorisés, dans ce cas les jeunes dalits, adivasis et musulmans dans leurs études.

Pour encadrer ces jeunes, le CSEI a lancé un mouvement étudiant, l’Ambedkar Student Forum. Les étudiants sont actuellement organisés en sections locales dans une vingtaine de villages dans 5 districts. Ils relaient les campagnes du CSEI comme l’inscription des étudiants dalits aux examens d’admission aux écoles prestigieuses JNV – une chaîne d’écoles publiques s’adressant aux meilleurs élèves des régions rurales – mais ils ramènent aussi à l’école primaire les enfants dalits qui ont quitté l’école. Ils ont même imaginé un label « village de qualité » pour les villages où tous les enfants vont à l’école et donnent des cours préparatoires aux examens finaux du secondaire (10e classe).

JPEG - 24.1 ko
Satyendra Kumar
directeur CSEI Patna

Les contacts avec les autorités du Bihar commencent déjà à porter leurs fruits. Les analyses de qualité fournis au Ministère de l’éducation font du CSEI un partenaire apprécié. Plus personne n’ose remettre en question les exclusions dont souffrent les dalits, et le Ministère approche l’ONG pour donner des formations aux enseignants afin de les sensibiliser à une éducation inclusive.

Entraide et Fraternité appuie les efforts de CSEI depuis 2011. En 2012, un soutien financier de 23.900 EUR leur a été accordé, en particulier pour lancer le mouvement étudiant, pour créer des centres d’appui aux jeunes et pour renforcer les ONG engagés auprès des dalits, adivasis et musulmans.

JPEG - 148 ko
Les jeunes s’y prennent au jeu pour l’élaboration du plan stratégique.




Articles en rapport

7 septembre 2015    Inde    Odisha

OROSA

Odisha Regional Organisation for Social Action
Renforcer l’action sociale et le plaidoyer pour faciliter l’accès des populations marginalisées à l’exercice de leurs droits
15 avril 2013    Inde    Orissa

THREAD

Les éco-villages
Connaissez-vous le concept des éco-villages ? Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, adressons-nous aux femmes adivasis des tribus indigènes au sud (...)
10 avril 2013    Inde    Kandhamal (Orissa)

Jana Vikas

Un lent travail de guérison
Le Père Manoj n’entame pas un héritage facile. Depuis 2011, il remplace le Père Ajay à la tête de l’organisation Jana Vikas, partenaire d’Entraide et (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr