CHANDEL

Haïti

Education civique des enfants et des jeunes du quartier populaire de Bas-Delmas

Contexte

La situation des enfants en Haïti a toujours été préoccupante et ces dernières années elle tend à s’aggraver. Haiti est constituée de jeunes en majorité (62% selon l’IHSI). La situation générale du pays ne leur offre pas la possibilité de jouir pleinement de leurs droits, que ce soit du point de vue socio-économique, de l’éducation, de la santé, des loisirs etc.

Selon des chiffres publiés par l’UNICEF, au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010, plus de « 28 000 enfants vivent dans les maisons d’enfants (crèches et orphelinats, séparés de leurs familles ; plus de 3000 enfants sont en situation de rues dans la capitale ; 86 % des enfants de 2 à 14 ans ont subi des mesures disciplinaires (fouet, violences émotionnelles, physiques et psychologiques) tant à l’école qu’à domicile au cours de l’année 2011 ; 24 % des enfants de moins de 18 ans sont considérés comme des OEV (Orphelins et Enfants vulnérables) ; Jusqu’à 2000 enfants par an sont partis en adoption internationale sans un contrôle minimum de l’Etat pour garantir la protection de l’enfant et éviter des adoptions illégales ; Environ 250 000 enfants vivent en situation de domesticité. »
Qu’il s’agisse d’enfants des rue, en domesticité (restavèk), placés dans des centres d’accueil ou orphelinats, en conflit avec la loi et incarcérés, ils font face à des situations qui souvent constituent des violations de leurs droits les plus fondamentaux. A Port-au-Prince on peut remarquer à travers les rues, un nombre importants d’enfants laissés pour contre que la population appelle souvent : les « kokorat » ou « grapyay ».

Chandèl

L’organisation d’éducation populaire Chandel a été créée le 13 Mai 1989 par un groupe de jeunes bénévoles à la Mission Alpha, un programme d’alphabétisation mis sur pied par l’église Catholique pour l’ensemble du pays. Après l’interruption de ce programme, ces jeunes ont décidé de mettre sur pied une organisation dans le souci de continuer le travail de conscientisation dans les quartiers populaires.
Toutes les activités de l’organisation sont concentrées dans le quartier populaire de Bas-Delmas à Port-au-Prince. Chandel constitue d’abord un espace de liberté, de débats et de réflexion entre jeunes où tous les membres jouissent des mêmes droits sans distinction de sexe et de religion, réfléchissent régulièrement sur les multiples problèmes qui rongent le pays sur le plan socio-économique, politique et culturel. Actuellement l’organisation compte une quarantaine de membres.
Chandèl constitue aussi un espace d’éducation populaire et de loisir à destination des enfants et des jeunes du quartier. Tout au long de l’année, il propose une série d’activités culturelles (bibliothèque, chants, danse, peinture, dessins, jeux éducatifs, visites de sites historiques, célébration d’événéments) qui visent la sensibilisation, la formation, l’éducation et la promotion des droits humains particulièrement les droits des enfants. Il offre durant les vacances d’été un lieu d’apprentissage, de développement physique et récréatif.

Chandel veut aider les jeunes des quartiers populaires de bas Delmas à changer de comportement face aux problèmes rencontrés dans leur environnement en les sensibilisant sur leurs droits et sur la responsabilité qu’ils doivent assumer pour changer leur réalité. Il veut développer l’esprit de tolérance et le sentiment d’appartenance à la culture haïtienne.

Entraide et Fraternité soutient Chandèl depuis 2007. En 2014, son soutien permettra essentiellement à Chandèl d’organiser avec les enfants et les jeunes des ateliers de formation aux droits de l’enfant en utilisant des outils pédagogiques comme la vidéo, la projection de films, la production de cahiers de Droits, le dessin, des jeux éducatifs…





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr