logo Entraide et Fraternité

Inscription à la newsletter

6 avril 2011  Actualités

50 ans d’Entraide et Fraternité à Liège : une fête ardente

Les jeunes Alter’actifs ont accueilli le 50ème anniversaire d’Entraide et Fraternité et du 40èeme anniversaire de Vivre Ensemble. au sein de leur festival : le festivanakkam. Il a fallu beaucoup de souffle à nos deux associations pour souffler 90 bougies représentant autant de campagnes pour que la terre tourne plus juste.
Une journée placée sous le soleil à l’heure du bilan mais aussi des regards tournés vers l’avenir. Morceaux choisis.

"Chers amis, je souhaite ardemment que vous soyez au sein de l’Église une voix forte qui fait entendre le cri des pauvres et des opprimés. Je souhaite que les moyens financiers que nous vous confions à travers les collectes puissent permettre à des hommes et à des femmes de se mettre ou remettre debout. À travers vous, l’Église de Belgique veut manifester, en paroles et en actes, sa charité, sa solidarité avec tous les êtres humains victimes de structures injustes et de situations de détresse. Vous avez donc une signification et une responsabilité particulières".
Lire le discours de Mgr Jousten, évêque référendaire d’Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble

Carmelina Carracillo du service politique d’Entraide et Fraternité a tracé un historique émouvant des deux associations.

Lire le rappel historique évoqué par Carmelina Carracillo, responsable du service politique

Angelo Simonazzi, secrétaire général d’Entraide et Fraternité a abordé les perspectives et les défis des années à venir.

50 ans après la famine du Kasaï, événement qui a donné vie à Entraide et Fraternité, la faim dans le monde est toujours au cœur de l’actualité. Un milliard d’être humains ont faim et ne peuvent exercer leur souveraineté alimentaire. L’écart entre riches et pauvres ne cesse de progresser, et cela dans tous les pays, y inclus la Belgique. 40 ans après la naissance de Vivre Ensemble, le nombre de pauvres dans notre pays n’a cessé d’augmenter. Tout cela reste inacceptable. Aurions-nous donc échoué dans nos missions ?

Certes non ! Dans un monde marqué par une mondialisation où les plus fragiles sont écrasés, où la dictature du profit maximal nie la réalité de la personne humaine et est source d’inégalités et d’injustices, nous n’avons cessé, avec nos partenaires du Nord et du Sud, de dénoncer les systèmes nationaux et internationaux injustes qui continuent d’accroître la faim et accentuent les écarts devant les richesses de la terre. A travers le soutien à nos partenaires du Nord et du Sud, nous avons continué à œuvrer pour un monde plus juste. Mais comment travailler de façon plus efficace devant un monde en constant changement ? Et quels sont les défis majeurs que nous devrons relever durant les 50 prochaines années ?
Lire le discours d’Angelo Simonazzi, secrétaire général d’Entraide et Fraternité/Vivre ensemble.

Dans son discours Michel Molitor, président d’Entraide et Fraternité a rappelé les fondements de notre engagement :

"Celles et ceux qui nous ont précédé à Entraide et Fraternité ont mis en pratique une éthique de l’engagement qui s’est vite révélée porteuse d’un travail à contre courant : travailler dans le long terme, privilégier les logiques lentes du développement par rapport au secours humanitaire, associer le travail au Nord et au Sud, agir au côté des groupes et des communautés à la base. Cette exigence d’engagement résonne pour nous aujourd’hui en des termes analogues, même si leur articulation est un peu différente : indignation devant le scandale des injustices, refus d’un monde où l’argent constitue la référence ultime et la mesure de toute chose (qui dit le mieux la vérité d’une société : le classement des 10 Belges les plus riches ou la situation du plus pauvre ?), désir d’action au côté de celles et de ceux qui luttent pour une vie meilleure.

En réalité, notre engagement se traduit dans ces trois termes : une éthique du refus, une éthique de la résistance, une éthique de la proposition. Et je pense que ce sont ces trois termes qui doivent constituer les références de notre travail dans les années qui viennent."

Lire le discours de Michel Molitor, président d’Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble





Articles en rapport

20 février 2017

Le CETA, on n’en voulait pourtant pas...

Le mercredi 15 février 2017, les eurodéputés se rendaient à Strasbourg pour une séance plénière importante, celle de la signature du CETA, l’accord de (...)
24 décembre 2016

Les vœux d’Aloys Jousten

Mgr Jousten nous envoie ses bons vœux
18 juillet 2016

La Semo 2016

Cette année encore les Alter’Actifs étaient au rendez-vous du village associatif pour dénoncer l’évasion fiscale à la suite du scandale des panamas papers et (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr